in

Ne conduisez pas avec la fenêtre ouverte nous dit une étude !

chien voiture fenetre ouverte
Crédits : Stefan Lorentz / Pexels

Des chercheurs britanniques expliquent que laisser la fenêtre ouverte en conduisant expose beaucoup plus les occupants du véhicule aux particules fines. Or, en laissant la fenêtre fermée, cette exposition peut être réduite de 80 % !

Fermez vos fenêtres !

En période de forte chaleur, nombreux sont les automobilistes à laisser leur fenêtre ouverte. Le but est de respirer un peu et se passer un moment de l’utilisation de la climatisation, dans le cas des véhicules équipés. Et pourtant, ceci serait une très mauvaise idée selon une étude parue dans la revue Science of the Total Environment le 1er août 2020. Les chercheurs du Global Centre for Clean Air Research (GCARE) de l’Université de Surrey (Royaume-Uni) se sont intéressés au taux de particules fines présentes dans l’habitacle des automobiles.

Les scientifiques ont mené des expérimentations dans de nombreuses villes réputées pour leur pollution atmosphérique. Citons notamment Le Caire (Égypte), Sao Paulo (Brésil), Guangzhou (Chine), Dhaka (Bangladesh) ou encore Chennai (Inde). Ces villes ont en commun d’avoir un climat plutôt chaud, d’être assez pauvres et d’avoir un trafic routier très intense durant les heures de pointe.

Selon les meneurs de l’étude, l’exposition aux PM 2,5, PM 5 et PM 10 est beaucoup plus importante lorsque les fenêtres du véhicule sont ouvertes. Or, ces particules fines sont cancérigènes et augmentent les risques de maladies respiratoires et cardiaques. Pour limiter la casse, il faudrait fermer les fenêtres durant les heures pointes. Ceci permettrait de diminuer de 80 % l’exposition aux particules fines. Par ailleurs, utiliser le recyclage de l’air (fenêtres fermées) afin de limiter la présence des particules paraît judicieux.

embouteillage Dhaka Bangladesh
Embouteillages à Dhaka
Crédits : Nahid Sultan / Wikipedia

D’autres solutions ?

« L’étude a tiré des conclusions importantes qui peuvent aider les automobilistes à prendre des décisions dans leur vie quotidienne pour protéger leur santé. Des choix simples, comme voyager pendant les heures creuses, peuvent contribuer grandement à réduire leur exposition à la pollution atmosphérique », a indiqué dans un communiqué Abdus Salam de l’Université de Dhaka (Bangladesh), ayant également participé à l’étude.

Les chercheurs préconisent donc aussi d’éviter les heures de pointe pour circuler. Selon les résultats de l’étude, la pollution diminue de 90 % en journée et de 40 % la nuit en dehors des heures de pointe. Par ailleurs, il faut savoir que dans de nombreux pays en voie de développement et villes pauvres, les voitures climatisées sont encore très inaccessibles à la population.

Malheureusement, la climatisation des véhicules ne représente pas vraiment une solution. La climatisation rejette également du CO2 dans l’atmosphère et participe donc à la pollution atmosphérique. Pour le directeur du GCARE Prashant Kumar, l’idéal serait d’avoir davantage de véhicules verts sur la route. Évidemment, ceci doit aller avec le retrait de la circulation d’un nombre important de véhicules polluants.