in

Le navire du légendaire explorateur Shackleton retrouvé en Antarctique

Crédits : Frank Hurley, 1915/domaine public)

Une équipe de scientifiques annonce avoir enfin localisé l’épave de l’Endurance, le navire perdu d’Ernest Shackleton, sous les eaux sombres et glacées de l’Antarctique. En 1915, son équipage avait tenté la première traversée du continent antarctique, de la mer de Weddell jusqu’à la mer de Ross en passant par le pôle Sud, avant de se retrouver coincé.

L’Expédition Endurance

Dirigée par l’explorateur Anglais Ernest Shackleton, l’expédition Endurance visait à traverser l’Antarctique de part en part. L’équipage avait embarqué depuis l’île de Géorgie du Sud, avant de se frayer un chemin vers le sud à travers la banquise pendant des semaines. Finalement, il s’était retrouvé piégé au large de la côte de Caird, en 1915, avant de dériver pendant plus d’un an, d’abord à bord du navire, puis sur la banquise elle-même après que l’Endurance ait été coulée. L’équipage put tout de même toucher terre à l’île de l’Éléphant grâce aux canots de sauvetage.

À partir de ce rocher inhabité, Shackleton et cinq autres membres d’équipage firent ensuite du stop à bord d’un baleinier dans le but de rejoindre leur point de départ, à plus de 1 500 kilomètres, pour aller chercher du secours, tandis que l’équipage restant attendait. Ce dernier, composé de vingt-huit personnes, fut finalement sauvé en août 1916.

Endurance Shackleton
L’Endurance broyée par les glaces en novembre 1915. Crédits : Royal Grographic Society
Endurance Shackleton
Les vingt-deux hommes laissés sur place saluent le départ de Shackleton parti chercher du secours. Crédits : Frank Hurley

Une nouvelle expédition

Depuis tout ce temps, l’épave de l’Endurance se trouvait ainsi quelque part au fond de la mer de Weddell, à près de trois mille mètres de profondeur. Son emplacement précis demeurait inconnu, mais une nouvelle expédition (Endurance22) organisée par le Falklands Maritime Heritage Trust (FMHT) prévoyait de partir à sa recherche en février 2022. Et la pêche fut bonne.

Depuis un brise-glace sud-africain, Agulhas II, l’équipe a récemment déployé des submersibles pour ratisser la zone. Après avoir rencontré plusieurs cibles intéressantes, les chercheurs ont finalement retrouvé le navire à quelques kilomètres seulement de l’endroit où il avait été abandonné. Et bonne nouvelle : après cent sept ans passés sous trois mille mètres d’eau glacée, il est dans un état « impeccable« .

La coque, le pont et la cabine de Shackleton sont en effet toujours là, tout comme les ancres. Des effets personnels et de la vaisselle ont également été filmés. Plusieurs créatures marines (dont des filtreurs) ont bien colonisé l’épave, mais aucun ver mangeur de bois susceptible de dégrader  la structure du navire n’a été identifié.

Le Dr John Shears, ancien géographe et responsable de la mission, décrit à la BBC une « réalisation incroyable« . Il s’agit également de la « recherche d’épave la plus difficile au monde » qu’il ait jamais organisé, luttant contre les blizzards, les températures extrêmement froides et la glace de mer en constante évolution. « Nous avons réalisé ce que beaucoup de gens disaient impossible« , a-t-il déclaré.

L’épave ne sera en revanche pas déplacée ou dérangée. Il s’agit en effet d’un site et monument classé historique en vertu du Traité international sur l’Antarctique.