in

NASA : un nouveau moyen pour InSight de forer la surface de Mars !

Crédits : capture YouTube / NASA Jet Propulsion Laboratory

Depuis plus de six mois, la sonde InSight se trouve sur la planète rouge. Parmi ses nombreuses missions, une d’entre elles semble stagner : creuser la surface de Mars. Les ingénieurs de la NASA ont récemment indiqué vouloir connaître la source de cette contrainte.

Un succès mitigé

La sonde InSight de la NASA s’est posée avec succès sur la surface de la planète rouge en novembre 2018. Depuis, la NASA a assuré avoir déployé avec succès le Seismic Experiment for Interior Structure (SEIS), un sismomètre dont le but est d’étudier les tremblements de Mars. Par ailleurs, l’activation de l’Auxiliary Payload Subsystem (APSS), couplé aux capteurs Temperature and Wind for InSight (TWINS) est également un succès. Il s’agit d’un système destiné à devenir le nouveau service météorologique de la planète Mars.

Cependant, la sonde InSight a également pour mission de forer la surface de Mars afin d’en analyser les différentes couches. Le but ? Comprendre le passé géologique de cette planète. En revanche, le robot chargé de cette tâche est à la peine puisque pour l’instant, celui-ci a réussi à forer à une profondeur de seulement 30 centimètres !

Le robot Heat Flow and Physical Properties Package (HP3) actuellement à la peine !
Crédits : capture YouTube/NASA Jet Propulsion Laboratory

La NASA va réagir !

Dans un communiqué du Jet Propulsion Laboratory de la NASA publié le 5 juin 2019, les ingénieurs ont évoqué le problème. Selon eux, le robot Heat Flow and Physical Properties Package (HP3) –  également surnommé “la taupe” – prend la forme d’une pointe auto-martelante. Or celle-ci, capable d’effectuer des enregistrements de températures, a surtout été conçue pour forer à une profondeur de 5 mètres ! Si la taupe n’a pas réussi à dépasser les 30 cm lors de ses précédentes tentatives, cela serait dû à la nature du sol. Les chercheurs pensent en effet qu’une surface trop molle ne permet pas un forage assez profond.

Cependant, il est maintenant question de vérifier cette hypothèse, ce qui au passage ne remet pas en cause les capacités du robot. Ainsi, le JPL prévoit d’utiliser le bras robotique du dispositif afin de générer de la friction au niveau du sol. Cette action devrait permettre d’en savoir davantage sur la nature de ce même sol. Durant cette opération, il faudra également s’assurer que l’engin ne s’arrache pas du sol, ce qui pourrait être très problématique pour la suite de la mission.

Source

Articles liés :

InSight : le sismomètre français SEIS enregistre des micro-séismes sur Mars !

InSight nous partage un lever et un coucher de soleil magnifiques sur Mars

Inscrivez votre nom sur le prochain rover de la NASA : Mars 2020