in

La NASA teste le moteur qui équipera la future fusée la plus puissante jamais construite

Crédits: Nasa

Mi août, la NASA a testé avec succès le moteur qui équipera son nouveau projet de lancement SLS (Space Launch System), sans rencontrer de problème lors des 7,5 minutes de ce test.

Ceci est le troisième test réussi du moteur de fusée RS-25, et il y en aura encore trois autres dans les prochains mois, afin de pouvoir combiner 4 de ces moteurs lors du lancement de la prochaine mission vers Mars. « SLS va être la fusée la plus puissante jamais construite« , a déclaré l’astronaute Rick Mastracchio. « Il faut pouvoir propulser tout ce matériel en orbite de la Terre afin d’ensuite le récupérer et aller jusqu’à la Lune, et encore plus loin, jusqu’à mars. »

Le moteur RS-25 est très impressionnant en termes de quantité d’énergie qu’il peut soutenir, comme nous pouvons le constater par la durée de l’essai, car la NASA a besoin de performances beaucoup plus élevées pour répondre aux besoins du SLS, étant la future fusée la plus puissante jamais construite. Ainsi, une fois terminé, le SLS sera alimenté par deux propulseurs, dont un a été testé en août et quatre moteurs RS-25.

Comme l’explique la NASA, les propulseurs sont conçus pour fonctionner avec les moteurs principaux au cours des 2 premières minutes de vol, fournissant ainsi plus de 75 % de la poussée demandée par le SLS pour se libérer de l’attraction gravitationnelle  de la Terre. Ces deux propulseurs brûleront à eux seuls 5 tonnes de propergol par seconde afin de créer suffisamment de poussée et pouvoir lancer la mission.

meet-rocket
Crédits : Nasa

Le SLS sera lui-même plus grand que la Statue de la Liberté, et capable de transporter plus de deux fois le poids de la charge jusqu’alors transporté par les anciennes navettes spatiales de la NASA. Il est conçu pour faire voyager quatre astronautes sur le vaisseau spatial Orion, qui lui, à effectué sont premier vol d’essai en décembre 2014.

Mais avant que le SLS et Orion transportent des humains vers l’espace lointain, ils devront encore subir leur premier vol d’essai sans pilote, prévu pour septembre 2018.

Source