in

La NASA entame les tests d’un taxi volant pour la première fois

Crédits : Joby Aviation

La NASA s’apprête à tester les performances acoustiques d’un modèle de taxi volant développé par la société Joby Aviation. À terme, ces véhicules pourraient intégrer le paysage urbain dans le but de limiter les embouteillages.

Les taxis volants, c’est pour bientôt !

Le marché des “taxis volants” compte plusieurs acteurs ambitieux. La société japonaise SkyDrive a par exemple récemment clôturé avec succès le premier vol habité de son véhicule. D’autres grands noms se sont également positionnés sur le créneau, à savoir General Motors, Airbus, Boeing ou encore Rolls-Royce. En France, un projet similaire pourrait aussi voir le jour dans un futur proche. La NASA s’intéresse quant à elle au modèle tout électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL), conçu par la startup californienne Joby Aviation.

Propulsé par six rotors, ce taxi peut parcourir une distance allant jusqu’à 240 kilomètres en un seul vol et atteindre une vitesse allant jusqu’à 320 km/h. Récemment cotée à la bourse de New York, la société teste ses prototypes grandeur nature depuis 2017 et a déjà effectué plus de 1 000 vols d’essai. Dans le cadre d’un récent partenariat avec la NASA, la société entend faire le nécessaire pour réduire le bruit de ses pales autant que faire se peut.

Au cours d’une campagne d’essais de deux semaines, qui intègre la campagne nationale Advanced Air Mobility (AAM) de l’agence spatiale, plusieurs vols d’essai seront opérés depuis la base de vol de Joby près de Big Sur, en Californie.

Les ingénieurs de la NASA s’appuieront sur le Mobile Acoustics Facility, composé de plus de cinquante microphones à plaque de pression disposés en grille, pour mesurer avec précision les émissions sonores du véhicule. Le but : jeter les bases d’un futur cadre réglementaire régissant l’utilisation de ces taxis dans les villes.

taxi volant nasa
Une illustration d’un taxi volant en milieu urbain. Crédits : NASA

Le moins de bruit possible

Les équipes de la NASA utiliseront ensuite ces données pour comparer le bruit de l’eVTOL avec d’autres engins plus conventionnels. L’objectif est de faire en sorte que ce drone puisse facilement s’intégrer dans le paysage urbain sans ajouter de nuisances sonores supplémentaires.

Nous avons toujours pensé qu’une empreinte acoustique minimale est essentielle pour faire de l’aviation une partie pratique des déplacements quotidiens sans compromettre la qualité de vie“, a déclaré le fondateur et PDG de Joby Aviation, Joe Ben Bevirt. “Nous sommes incroyablement fiers d’avoir travaillé en étroite collaboration avec l’agence au cours des dix dernières années et d’être la première société eVTOL à voler dans le cadre de leur campagne pour démontrer le profil acoustique de notre avion“.

Jody Aviation espère bénéficier d’une certification de la Federal Aviation Administration (FAA) dès 2023. Si tout se passe comme prévu, la société pourrait alors commencer à fournir un service commercial de passagers dès l’année suivante.