La NASA rapporte deux fois plus d’échantillons d’astéroïde que prévu

OSIRIS-REx astéroïde Bennu
Vue de la tête TAGSAM (Touch-and-Go-Sample-Acquisition-Mechanism) d'OSIRIS-REx avec le couvercle retiré, dévoilant la majeure partie de l'échantillon de l'astéroïde Bennu à l'intérieur. Crédits : NASA/Erika Blumenfeld/Joseph Aebersold

C’est inédit : la mission OSIRIS-REx de la NASA a surpassé toutes les attentes en rapportant des échantillons de l’astéroïde Bennu. Cela offre ainsi une opportunité précieuse aux scientifiques pour mieux comprendre les origines du Système solaire.

Les mystères de Bennu

La mission OSIRIS-REx de la NASA avait pour objectif principal la collecte d’échantillons de l’astéroïde Bennu afin de les rapporter sur Terre pour des analyses approfondies. Choisi en raison de sa richesse en composés organiques, Bennu offrait en effet une opportunité exceptionnelle d’étudier les matériaux primitifs du Système solaire.

En plus de la collecte d’échantillons, la mission visait à examiner Bennu sous plusieurs angles, incluant la cartographie de sa surface, l’analyse de sa composition chimique et minéralogique, l’étude de son champ gravitationnel, ainsi que l’analyse de son comportement thermique et dynamique. Ces investigations approfondies étaient cruciales pour une meilleure compréhension des astéroïdes et de leur rôle dans l’évolution du Système solaire.

Un autre objectif majeur de la mission était de contribuer à la recherche sur les origines de la vie. En collectant des échantillons d’astéroïde riches en composés organiques, les scientifiques espéraient en effet identifier des molécules prébiotiques ou des éléments clés ayant pu jouer un rôle dans la formation de la vie sur Terre.

OSIRIS-REx échantillons astéroide
Une illustration de la capsule de retour d’échantillons OSIRIS-REx transportant du matériel de l’astéroïde Bennu vers la Terre. Crédits : Studio de visualisation scientifique de la NASA Goddard

Un objectif de collecte d’échantillons largement dépassé

L’objectif était initialement de collecter jusqu’à 60 grammes de matériau. Depuis plusieurs semaines, nous savions que les chercheurs avaient déjà réussi à extraire un peu plus de 70 grammes d’échantillons provenant de la zone extérieure et d’une partie de l’intérieur du collecteur d’échantillons.

Depuis, l’équipe de mission s’est attelée à ouvrir l’ensemble du collecteur, qui semblait montrer un peu de résistance. Face à cette situation, les équipes de la NASA ont conçu un nouvel outil pour accéder à la totalité de l’échantillon qui s’est avéré être bien plus abondant que prévu, avec pas moins de 121,6 grammes de matière collectés. Comparativement, il y a trois ans, la mission Hayabusa 2 de l’Agence aérospatiale japonaise n’avait rapporté qu’environ cinq grammes de matière de son astéroïde cible, Ryugu. Cela souligne ainsi la portée significative de la réussite d’OSIRIS-REx.

Avec environ un quart de l’échantillon Bennu réservé aux chercheurs de l’équipe OSIRIS-REx et au moins 70 % destinés à la communauté scientifique mondiale, ces échantillons offriront des perspectives nouvelles sur l’histoire du Système solaire et ouvriront des portes à des générations futures de chercheurs.

De son côté, la sonde s’est lancée dans une quête secondaire : se rapprocher d’un autre astéroïde nommé Apophis. Pour ce faire, elle profitera également de plusieurs assistances gravitationnelles de Vénus et de la Terre, avant de finalement rencontrer sa nouvelle cible en avril 2029. Une fois sur place, la sonde examinera l’objet de 340 mètres de diamètre sous toutes les coutures pendant environ dix-huit mois.