in

Nasa : La lune Encelade est bien recouverte d’un immense océan sous sa couche de glace

Crédits : NASA

Encelade est la plus célèbre lune de Saturne, de nombreuses études avaient pu révéler la présence potentielle d’un ou de plusieurs océans, mais la dernière découverte de la sonde Cassini est encore plus intéressante, Encelade abrite un océan global. En d’autres termes, cette lune est entourée par une « couche » d’océan sous sa couche de glace.

Encelade cache décidément bien des surprises, on avait déjà découvert que cette lune possédait une activité hydrothermale, sa surface abritait un nombre non déterminé de geysers, mais avec cette découverte d’un océan global, Encelade pourrait bien être l’astre sur lequel nous aurions le plus de probabilité de rencontrer une possible vie extraterrestre.

Une équipe de chercheurs de l’université Cornell (USA) s’est lancé dans l’analyse longue de sept années d’observations de la mission Cassini — Huygens, une collaboration entre l’agence spatiale américaine (NASA) et l’agence spatiale européenne (ESA) afin de mesurer de la manière la plus précise les positions de l’orbite d’Encelade. Mais l’oscillation théorique de l’orbite d’Encelade autour de Saturne ne convient pas avec son oscillation réelle. L’étude a été publiée dans la revue Icarus et validée par la NASA.

encelade-eau-liquide
Credits: NASA/JPL-Caltech

Ainsi, après étude de cet écart, les chercheurs n’y voient qu’une seule explication, Encelade n’est pas recouverte de glace jusqu’à son cœur rocheux. L’analyse conclut donc que les données obtenues par la mission Cassini — Huygens ne peuvent s’expliquer que « si la couche de glace n’est pas gelée jusqu’à l’intérieur, ce qui signifie qu’un océan global doit être présent ». Les geysers présents sur Encelade seraient alors alimentés par cet océan. Une analyse des particules provenant des geysers laisse penser que l’océan serait constitué d’eau salée. Pour poursuivre cette étude, il va falloir attendre le 28 octobre, date à laquelle Cassini doit effectuer un survol à 49 kilomètres de la surface d’Encelade pour récolter de précieuses données.

Source : Nasa

– Illustration : Nasa