in

La NASA fera une annonce importante ce jeudi

Crédits : iStock

La NASA organisera une conférence de presse ce jeudi pour annoncer la dernière découverte signée Kepler. Celle-ci a été faite par des chercheurs s’appuyant sur l’apprentissage automatique de Google, une intelligence artificielle qui permet d’analyser avec précision et plus rapidement les données du télescope spatial.

L’agence spatiale américaine annonce une énorme conférence de presse jeudi 14 décembre en live sur son site officiel (vers 19 h, heure française) pour dévoiler sa dernière découverte faite par le télescope spatial Kepler, spécialisé dans la traque aux exoplanètes. Si la NASA n’a donné que très peu d’informations sur cette annonce, il semblerait néanmoins qu’il sera question de la découverte d’une nouvelle exoplanète faite grâce à l’apprentissage automatique de Google, utilisée pour traiter et analyser les données envoyées par le télescope.

Quatre ingénieurs et scientifiques participeront à la session. Parmi eux, Paul Hertz, qui dirige la division d’astrophysique de la NASA ; Christopher Shallue, ingénieur logiciel senior chez Google AI à Mountain View, en Californie ; Andrew Vanderburg, astronome à l’Université du Texas, à Austin ; et Jessie Dotson, du projet Kepler au centre de recherche Ames de la NASA, en Californie. Les audio et visuels de la téléconférence seront diffusés en direct sur sur le site de l’agence américaine.

L’intelligence artificielle contribue aujourd’hui de plus en plus à l’automatisation de l’analyse des données. Codée par l’Homme, l’IA est malgré tout aujourd’hui capable d’apprendre et de se développer de façon continue. Côté astronomie, l’IA semble aujourd’hui en état de dépasser nos capacités de traitement des données. Une aubaine pour l’astrophysique. Une étude rapportait notamment il y a quelques mois que les réseaux de neurones (une forme d’intelligence artificielle) pouvaient analyser avec précision les lentilles gravitationnelles dix millions de fois plus rapidement que les méthodes traditionnelles. Si rien n’a encore filtré, on imagine ici que l’agence américaine a travaillé de concert avec Google afin de développer une intelligence artificielle capable de comprendre et d’interpréter les relevés effectués par Kepler.

Depuis 2009, rappelons que Kepler a découvert des milliers d’exoplanètes allant de la taille de la Terre à celle de Neptune (quatre fois la taille de la Terre). En décembre 2017, le satellite avait déjà détecté 2 337 planètes confirmées. Et il est fort probable que cette liste se rallonge ce jeudi.

Source