in

La Namibie décorne ses rhinocéros noirs pour prévenir le braconnage

Crédits : Shell Kinney / Wikimedia Commons

Le braconnage des rhinocéros ne cesse de s’accroître en Afrique, et l’année 2014 pourrait bien être celle d’un triste record, avec déjà 500 rhinocéros abattus depuis le début de l’année. La Namibie, qui reste relativement à l’abri des braconniers jusqu’à présent, a décidé d’agir en lançant une campagne de décornage préventif de ses rhinocéros noirs pour décourager les trafiquants. Le pays abrite aujourd’hui plus d’un tiers des rhinocéros noirs de la planète.

La Namibie abrite 79 parcs naturels totalement indemnes de tout braconnage jusqu’en 2010, mais selon le porte-parole du ministère, « l’activité des braconniers augmente depuis peu ». Entamée début octobre, l’opération, indolore pour l’animal dont la corne va repousser ensuite, devrait se poursuivre jusqu’au début de l’année 2015.

Depuis le début de la campagne, 11 rhinocéros ont été abattus par des braconniers. Un chiffre désastreux, mais qui reste minime, si je puis dire, par rapport à sa voisine l’Afrique du Sud où près d’un millier de rhinocéros ont été victimes de braconnage l’an dernier. En Namibie, on s’insurge, le gouvernement a d’ailleurs durci le ton en appelant son peuple à agir en « soldats contre le braconnage ».

Il faut savoir que le pays abrite près de 1.800 rhinocéros noirs sur une population mondiale qui descend en dessous des 5.000. Sous-espèces du rhinocéros africain, le rhinocéros noir est aujourd’hui en « grand danger » d’extinction, selon la liste rouge des espèces menacées, ses cornes étant écoulées au marché noir en Asie, où les adeptes de médecine traditionnelle et nouveaux riches les consomment en cocktail aux prétendues vertus curatives. Les Hommes.

– Illustration : Shell Kinney