in

Naissance exceptionnelle de deux bébés jaguars en Argentine

Crédits : Capture vidéo / National Geogrpahic

Deux bébés jaguars sont nés le 6 juin dans le parc national d’Iberá, dans le nord de l’Argentine, et sont les premiers depuis des décennies. De quoi redonner espoir aux défenseurs de l’environnement qui tentent de sauver l’espèce en déclin.

La mère des petits, un jaguar à trois pattes nommé Tania, est née et a grandi dans un zoo, tandis que le père, Chiqui, est né dans la nature mais a grandi dans un centre de secours. Les conservateurs ont amené les deux jaguars dans le parc pour se rencontrer et se reproduire dans le cadre d’un programme de réintroduction de Jaguar lancé par la Tompkins Conservation en 2011 et financé par National Geographic. De cette union réussie sont alors nés deux petits, actuellement sans nom et non sexués, en parfaite santé. « Ils ont passé les jours les plus critiques », écrit Ignacio Jiménez Pérez, du National Geographic et coordinateur à la Conservation Land Trust Argentina.

Rappelons que les jaguars – les plus grands félins d’Amérique du Sud – figurent sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). En effet, il ne resterait plus qu’approximativement 15 000 jaguars sauvages dans le monde aujourd’hui, dont 200 vivent en Argentine. Les populations de Jaguars ont diminué, principalement en raison de la déforestation qui a fragmenté leur habitat, menant à la disparition de leurs proies et les exposant aux braconniers qui les tuent pour leur fourrure, leurs dents et leurs crânes. Les Jaguars sont également parfois tués pour le « sport » lors de parties de chasse, et les agriculteurs les poursuivent en représailles pour le bétail volé.

Les écologistes espèrent qu’à mesure que ces deux bébés grandiront, ils apprendront de leur mère comment chasser, afin qu’ils puissent éventuellement être relâchés au milieu du parc pour vivre dans la nature. S’ils ne peuvent pas chasser par eux-mêmes, les scientifiques leur fourniront de la viande sans qu’ils soient exposés aux humains. Les responsables du parc continueront de surveiller la mère et ses bébés à distance dans les prochains jours, afin de leur permettre de commencer à grandir naturellement ensemble, sans le contact humain.

Source