in

Mystère résolu par la NASA au sujet de nouveaux débris sur Mars

Crédits : NASA

Deux ans après le début de la mission et plus d’un an après l’arrivée du rover Perseverance sur la planète rouge, la NASA retrouve régulièrement des débris d’objets provenant de la Terre. Cette fois, un débris en particulier a laissé les chercheurs perplexes, mais le mystère a semble-t-il été résolu.

Des débris assez loin du site d’atterrissage

Actuellement, le rover Perseverance et l’hélicoptère Ingenuity recherchent des traces de vie anciennes sur Mars. Toutefois, ces engins croisent le plus souvent sur leur passage des débris résultant de leur propre arrivée sur la planète. Le 8 août 2022, la NASA a publié un billet de blog dans lequel figurent plusieurs images. Les clichés montrent la présence d’un parachute et d’une coque arrière à une distance d’environ un kilomètre du site d’atterrissage de Perseverance. Il ne fait aucun doute que ces éléments font partie du matériel d’entrée, de descente et d’atterrissage (EDL) éjecté lors de l’atterrissage du rover le 18 février 2021.

Toutefois, la NASA indique que la découverte va plus loin. En effet, l’agence a repéré il y a quelques mois un débris inhabituellement brillant sur une image de la caméra Mastcam-Z. Or, ce débris était doté d’une matière que les chercheurs ne parvenaient pas à identifier avant que le rover ne pénètre la région de Hogwallow Flats, à deux kilomètres du site. Le rover a ensuite envoyé un panorama Mastcam-Z haute résolution à 360°, ce qui a permis d’en savoir davantage.

camera rover mars 2
Crédits : NASA

Quelle est la nature de ce débris ?

La NASA explique que le matériau brillant en question est un isolant multicouche (MLI) appartenant probablement à la grue aérienne. Les chercheurs ont fait le rapprochement avec les couvertures thermiques présentes dans le vaisseau spatial, celles-ci étant faites de Kapton aluminisé perforé (PAK) ou de Mylar qui se distinguent donc par leur brillance sur les images. D’autres images fournies par Perseverance ont permis de découvrir d’autres débris comme un morceau de filet en Dacron, également utilisé dans les couvertures thermiques. Le mystère autour de la nature des débris a donc été résolu. En revanche, la NASA ne sait toujours pas comment ces mêmes débris ont pu se retrouver aussi loin du site d’atterrissage. Il est possible que l’énergie du crash ait éjecté ces matériaux dans l’air ou encore qu’ils aient été déplacés par le vent.

Rappelons enfin que les débris d’EDL sont fréquents dans ce type de mission. Cela a par exemple déjà été le cas pour le rover Curiosity. La NASA a déclaré avoir l’intention de continuer à enregistrer ces objets au fur et à mesure de leur découverte. Par ailleurs, l’agence estime qu’avec l’avancement de la technologie concernant les caméras, les missions futures pourront plus facilement identifier les débris. Toutefois, ces missions devront de plus en plus tenir compte de l’impact de la conception des engins sur Mars.