in

Le mystère des pierres mouvantes de la Vallée de la mort enfin résolu

Crédits : eytsoi / Pixabay

Après plusieurs décennies d’interrogations et de spéculations en tous genres, des chercheurs américains semblent avoir percé le mystère des pierres mouvantes de la Death Valley en Californie (Etats-Unis).

La Racetrack Playa, un espace recouvert de sel situé dans la vallée de la mort (Californie, Etats-Unis), est connue pour abriter un phénomène pour le moins troublant. En effet, certaines pierres qui y sont présentes semblent se déplacer toutes seules, laissant bien souvent derrière elles des traces mesurant plusieurs dizaines de mètres. Bien que ce fait soit connu depuis la fin du XXe siècle, ce n’est qu’aujourd’hui que le mystère de ces pierres mouvantes a finalement pu être percé par la Science.

En 2011, afin de découvrir le secret qui se cachait derrière ces fameuses pierres voyageuses, deux scientifiques ont eu l’idée de placer sur 15 d’entre elles des balises GPS conçues pour se déclencher et calculer la nouvelle position dès qu’un mouvement est détecté. Alors que les chercheurs pensaient que cette étude allait devoir durer 5 à 10 ans, il n’aura finalement fallu attendre que deux ans pour que cette dernière porte ses fruits.

Ainsi, en 2013, à l’issu d’une nouvelle expédition sur le site dans le but de récupérer les données et changer les batteries des balises, les deux scientifiques ont pu observer le phénomène se dérouler sous leurs yeux grâce à des caméras en time-lapse, chose que personne n’avait pu jusque-là réaliser.

Un phénomène causé par le vent, la pluie et la glace

Contrairement à ce qui avait été présumé par d’autres chercheurs dans le passé, le vent n’est pas le seul impliqué dans l’affaire. En effet,  les instruments précédemment cités et la station météo utilisés lors de l’étude ont mis en exergue plusieurs circonstances particulières requises pour que le phénomène puisse se produire, comme l’ont expliqué Richard D. Norris et James M. Norris dans leur publication.

En premier lieu, il est ainsi nécessaire que le sol soit recouvert par une couche de pluie relativement profonde, mais suffisamment fine pour ne pas recouvrir les roches. À la nuit tombée, la chute des températures permet ensuite à l’eau de geler, entourant de cette manière les pierres d’une mince couche de glace. Enfin, la chaleur du jour suivant fait se diviser la glace en plaques, ce qui offre, lorsque le vent se met à souffler, la possibilité aux pierres de glisser par à-coups sur le sol de la Racetrack Playa.

Pour autant, les scientifiques soulignent le fait que les plus gros rochers n’ont pas bougé durant cette phase d’observation. Se pourrait-il donc que la Death Valley n’ait pas encore livré tous ses secrets ?

Sources: 7sur7.bemaxisciences – Scripps