in

Des scientifiques pensent avoir résolu l’énigme de la plus grande faille identifiée sur Terre

Une île dans la Mer de Banda / Crédits : Jialiang Gao/Wikimedia

Une équipe de chercheurs annonce la découverte du plus grand plan de faille exposé identifié sur Terre soupçonné d’avoir provoqué la formation d’un abîme de sept kilomètres de profondeur et long de 450 kilomètres situé sous la mer de Banda, dans l’est de l’Indonésie.

Le bassin de Weber est connu depuis 90 ans. Il s’agit d’un gouffre énorme profond de 7,2 kilomètres caché près des îles Moluques en Indonésie. Jusqu’à présent, personne n’avait été en mesure de comprendre comment ce gigantesque bassin s’était formé. En analysant les cartes des fonds marins de la région de Banda, dans l’océan Pacifique, les géologues de l’Université nationale australienne (ANU) à Canberra et Royal Holloway University of London ont révélé que cet abîme s’était formé par extension le long de ce qui pourrait être le plus grand plan de faille de la Terre – qui correspond à la discontinuité où s’est produit le glissement de deux blocs dénivelés – apparu lorsque le plancher de la mer s’est fissuré et couvrant aujourd’hui deux fois la superficie de la Belgique.

Quand une faille se forme dans la croûte terrestre, elle se compose de deux caractéristiques principales : un plan de faille qui correspond à la surface plane qui se détache et d’une ligne de faille qui se forme à l’intersection du plan de faille par rapport à la surface du sol. Ici, un plan de faille d’environ 60 000 kilomètres carrés (soit deux fois la superficie de la Belgique) se serait détaché pour former cette fois-ci non pas une ligne de faille ou une tranchée, mais une sorte de gigantesque bassin.

Plusieurs modèles avaient déjà été proposés pour expliquer l’évolution tectonique de la région, mais aucun modèle ne représentait explicitement comment le bassin avait atteint cette profondeur anormale. Un casse-tête pour les scientifiques puisque le bassin des îles Moluques est aujourd’hui considéré comme le point le plus profond des océans en dehors des tranchées classiques.

Selon le Dr Jonathan Pownall, de l’Université nationale australienne (ANU), la découverte pourrait aider les géologues à prédire les mouvements de l’une des régions les plus tectoniquement actives dans le monde, mais également de permettre une meilleure appréhension des dangers des tsunamis dans la région qui traverse notamment le célèbre Ring of Fire – une région explosive où se produisent environ 90% des séismes dans le monde et où vous retrouverez 75% de tous les volcans actifs de la planète.

Source