in

Le Muséum d’histoire naturelle de Londres a recensé plus de 500 nouvelles espèces en 2021

Crédits : capture YouTube / Natural History Museum

Malgré les restrictions en lien avec la pandémie de Covid-19 et les évidentes difficultés pour voyager, le Muséum d’histoire naturelle de Londres a réussi à dresser une importante liste de nouvelles espèces animales et végétales.

Quelques espèces de dinosaures

De nouvelles espèces de plantes, d’algues ou encore d’insectes sont récemment venues compléter les données du Muséum d’histoire naturelle de Londres (Royaume-Uni). Comme l’explique un communiqué du 30 décembre 2021, les équipes de cette institution ont en effet identifié 552 nouvelles espèces animales et végétales. Or, cette liste inédite comporte même plusieurs espèces de dinosaures (voir vidéo en fin d’article) dont le spinosaure, un carnivore géant qui aurait vécu durant l’Albien, la partie supérieure du Crétacé inférieur, il y a environ cent millions d’années.

« Chaque nouvelle espèce est une pièce de puzzle qui, lorsqu’elle est ajoutée à un tableau plus large, permet aux scientifiques de mieux comprendre à quel point toute vie sur notre planète, passée et présente, est essentielle à notre propre survie », peut-on lire dans le document.

Parmi les autres espèces de dinosaures figurant dans la liste, nous retrouvons l’iguanodontien. Il s’agit d’une espèce ayant vécu sur l’île de Wight, au sud de la ville de Portsmouth (Royaume-Uni). Citons également le Pendraig milnerae que les chercheurs décrivent comme étant le dinosaure carnivore le plus ancien de l’archipel.

spinosaure
Crédits : capture YouTube / Natural History Museum

Copépodes, coléoptères, reptiles…

Il faut savoir que plus de la moitié des nouvelles espèces de la récente liste sont des copépodes, un groupe de petits crustacés mesurant entre 0,2 et 10 mm. Ces espèces assez peu spectaculaires ont pourtant un rôle essentiel, car de nombreux animaux marins s’en nourrissent. Selon les scientifiques, les copépodes ont aussi leur importance dans le cycle du carbone de notre planète. La liste contient ainsi 291 nouvelles espèces de copépodes, dont une grande partie provient d’une collection des chercheurs Claude et François Monniot datant des années 1960.

Par ailleurs, outre les dinosaures et les copépodes, la liste contient 90 coléoptères, 52 guêpes, 13 papillons de nuit, 7 crabes, 6 mouches et 5 amphipodes. Du côté des végétaux, la liste contient cinq nouvelles espèces de plantes d’Afrique de l’Est. Citons également l’impatiente du Cap (Impatiens capensis) ou encore le mimosa pudique (Mimosa pudica).

Enfin, la liste se complète de plusieurs espèces d’algues, de parasites, mais aussi de reptiles, dont une dizaine de serpents, trois lézards et un crapaud du Vietnam. Un des serpents a été baptisé « coureur de Joseph », dont la description provient d’une peinture vieille de 185 ans. Citons également le lézard à gorge éventail (Sitana marudhamneydhal), un gecko vivant en Inde.