in

Un immense mur de glace aurait bloqué le passage des premiers humains en Amérique

Crédits : HBO

Selon une nouvelle étude, une barrière de glace a peut-être empêché les premiers humains de pénétrer dans le Nouveau Monde par le pont terrestre qui reliait autrefois l’Asie aux Amériques. Ces découvertes suggèrent que ces derniers sont arrivés par bateaux le long de la côte Pacifique.

Les premiers humains d’Amérique

Il existe deux hypothèses principales quant à la façon dont les humains ont atteint l’Amérique pour la première fois. La première suggère qu’ils ont fait le voyage par le Béring, qui reliait autrefois l’Asie à l’Amérique du Nord. La seconde propose que ces humains se sont déplacés le long des côtes pacifiques à bord d’embarcations.

Un facteur clé influençant la manière dont ces premiers Américains sont arrivés était les calottes glaciaires qui recouvraient autrefois l’Amérique du Nord. Sur la base d’outils en pierre datant de 13 400 ans, on a longtemps suggéré que les peuples de la culture Clovis étaient les premiers à migrer de l’Asie vers les Amériques. Des études antérieures concernant l’âge du corridor libre de glace ont suggéré qu’il aurait alors pu servir de voie de migration possible pour ces premiers humains.

Cependant, les anthropologues ont récemment découvert de nouvelles preuves témoignant d’une présence pré-Clovis en Amérique du Nord. Selon une étude publiée l’année dernière, d’anciennes empreintes humaines conservées au Nouveau-Mexique auraient en effet été imprimées il y a près de 23 000 ans. Ces résultats ont ainsi relancé le débat sur la façon dont les humains se sont propagés à travers les Amériques en premier lieu.

En effet, si nous savons que ces couloirs libres de glace étaient ouverts à la fin de la dernière période glaciaire, nous ne savions pas précisément quand cette ouverture s’est produite en premier lieu. Autrement dit, cette nouvelle étude signifierait que les premiers Américains auraient pu compter sur une route côtière au lieu d’une route terrestre. Pour déterminer le chemin emprunté, il était donc nécessaire de dater l’ouverture de ce couloir de glace.

humains amériques
Empreintes humaines fossilisées découvertes pour la première fois par un responsable du programme du parc national de White Sands. Crédits : Dan Odess

Un « mur » de 900 mètres de haut

Pour aider à résoudre ce mystère, une équipe a récemment analysé 64 échantillons géologiques prélevés à six endroits s’étendant sur 1 200 kilomètres le long de la zone où ce fameux couloir aurait existé. Les chercheurs ont analysé combien de temps ces roches avaient été exposées à la surface de la Terre (sur un sol sans glace donc) en examinant les niveaux d’éléments radioactifs générés lorsque les roches ont été bombardées par des rayons à haute énergie provenant de l’espace.

Ces nouveaux travaux, publiés dans les Actes de l’Académie nationale des sciences, suggèrent que le couloir libre de glace ne s’est complètement ouvert qu’il y a environ 13 800 ans. On y apprend que ces calottes glaciaires auraient pu atteindre une hauteur 455 à 910 mètres quelques milliers d’années plus tôt. Ainsi, il apparaît que ce couloir n’était disponible au moment du premier peuplement des Amériques.

Des études futures chercheront à déterminer si ces premiers humains ont véritablement atteint l’Amérique par la route côtière et, si oui, comment ils ont voyagé.