in

Des moustiques infectés par des bactéries font chuter les cas de dengue

Crédits : francok35/Pixabay

Une nouvelle approche visant à lutter contre la propagation de la dengue s’est révélée très efficace en Indonésie. En infectant les insectes avec une certaine bactérie, les chercheurs ont en effet réussi à faire chuter le nombre d’infections et d’admissions à l’hôpital.

La dengue est un syndrome viral transmis par les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus (aussi appelé moustique tigre), et causé par l’un des quatre sérotypes du virus de la dengue (DEN1 à DEN4). Considérée comme l’une des dix principales menaces pour la santé mondiale en 2019 par l’Organisation mondiale de la santé, cette maladie touche de 50 à 100 millions de personnes dans le monde chaque année. Les symptômes les plus fréquents sont une fièvre et des douleurs articulaires, mais ses complications peuvent être sévères.

Pour s’attaquer à la dengue, de nombreux pays ont concentré leurs efforts sur les insecticides ou des méthodes de gestion environnementale, dans le but de contrôler les populations de moustiques vecteurs. Toutefois, comme le souligne une équipe de chercheurs dans le New England Journal of Medicine, ces approches n’ont pas été efficaces.

Infection bactérienne

Dans le cadre de récents travaux, Adi Utarini, chercheuse en santé publique indonésienne et spécialiste de la lutte contre la dengue, s’est récemment concentrée sur Wolbachia pipientis. Il s’agit d’une bactérie intracellulaire infectant de nombreuses espèces d’insectes, mais pas le moustique A. aegypti. Or, cette bactérie est connue pour inhiber la réplication virale, ce qui rend plus difficile pour les insectes infectés de propager la maladie.

moustiques dengue
Crédits : Kranich17/pixabay

Des résultats spectaculaires

Avec son équipe, la chercheuse a donc développé un programme visant à infecter volontairement plusieurs millions de moustiques avant de les relâcher dans plus de la moitié de la ville de Yogyakarta, en Indonésie, où la dengue est endémique. Le but : que la bactérie Wolbachia pipientis, capable de manipuler son hôte pour s’assurer qu’elle soit héritée par la génération suivante, puisse rapidement se propager dans les populations de moustiques. 

Et les résultats sont spectaculaires ! Ces travaux, menés sur une période de neuf mois en 2017, ont en effet permis de réduire les cas de dengue enregistrés de 77 %, tandis que les cas d’hospitalisation ont été réduits de 86 %.

Suite au succès de l’essai, des moustiques ont depuis été relâchés dans l’ensemble de la ville, et d’autres seront bientôt libérés dans les zones environnantes.

«C’est un grand succès pour les habitants de Yogyakarta. L’Indonésie compte plus de 7 millions de cas de dengue chaque année. Le succès de l’essai nous permet d’étendre notre travail à toute la ville de Yogyakarta et aux zones urbaines voisines. Nous pensons qu’il existe un avenir possible où les habitants des villes indonésiennes peuvent vivre sans dengue», a déclaré Adi Utarini dans un communiqué.

Cameron Simmons, co-auteur de l’étude, souligne que l’utilisation de moustiques infectés par Wolbachia pourrait également être appliquée pour traiter d’autres maladies, telles que le Zika, la fièvre jaune et le chikungunya.