in

Un moteur de fusée explose spontanément en orbite

Crédits : Agence Spatiale Européenne (ESA)

Un vieux moteur russe qui errait autour de la Terre depuis plus d’une décennie a soudainement explosé le mois dernier. L’événement aurait généré au moins seize nouveaux débris orbitaux qui menacent désormais les satellites et autres objets en orbite basse.

Nouvelle explosion en orbite

Mardi, le 18e escadron de défense spatiale de l’US Space Force a confirmé qu’un moteur d’ullage SOZ avait explosé dans l’espace le 15 avril. Au moins seize débris ont été créés par l’événement, que l’escadron de défense suit actuellement. Le moteur avait été utilisé dans le cadre d’un lancement de trois satellites russes GLONASS en 2007, les propulsant sur la bonne orbite une fois ces derniers dans l’espace. Depuis, du propulseur était toujours contenu à l’intérieur. Imaginez alors une sorte de bombe à retardement, mais sans véritable minuterie. Pour l’heure, on ignore précisément les raisons de cette explosion soudaine.

Ce n’est pas également pas la première fois qu’un tel événement se produit. Plus d’une cinquantaine de moteurs ont déjà explosé dans l’espace. De nos jours, les agences spatiales prennent donc soin de supprimer ou de désactiver toutes les sources potentielles d’explosions lors d’envols de nouveaux engins. Cependant, on dénombre encore plus d’une soixantaine de ces moteurs ancienne génération(le plus souvent hérités de la guerre froide) toujours en orbite.

Toujours plus de débris

Ce dernier incident de rupture de moteur s’ajoute naturellement au problème croissant de débris spatiaux piégés dans l’orbite terrestre. Selon la NASA, plus de 27 000 débris orbitaux sont suivis par les capteurs du réseau mondial de surveillance spatiale (SSN) du ministère de la Défense. De nombreux autres débris plus petits évoluent également dans l’environnement proche de la Terre. Ces déchets incontrôlés se déplacent à plus de 27 000 km/h, courant un risque potentiel de s’écraser sur des engins opérationnels.

débris spatiaux
Illustration de débris spatiaux en orbite terrestre. Crédits : Pincio

En juin 2021, un débris spatial s’est par exemple écrasé sur la Station Spatiale internationale, endommageant l’un de ses bras robotiques. Un peu plus tard, les astronautes à bord de l’ISS avaient également dû s’abriter dans leur module à cause d’un nuage de débris spatiaux généré par la destruction du satellite russe Kosmos-1408, résultat d’un test antisatellite. Un précédent test mené par la Chine en 2007 avait quant à lui généré plus de 3 000 nouveaux débris.

Les agences spatiales travaillent toujours à trouver des solutions pour nettoyer l’orbite. L’ESA pilotera d’ailleurs une première véritable mission d’élimination en 2025 impliquant un vaisseau à quatre bras.