in

Deux morceaux brisés d’une épée viking réunis après 1 200 ans

Crédits : Lise Chantrier Aasen/Musée de Stavanger

Deux pièces d’une épée viking ornée qui avaient été séparées pendant environ 1 200 ans ont été réunies il y a quelques semaines. Les deux morceaux avaient été découverts à un an d’intervalle par des chasseurs de trésors amateurs en Norvège.

Quelles sont les chances que deux morceaux d’épées indépendants de l’ère viking s’accordent parfaitement ? La première découverte a eu lieu l’année dernière à Stavanger, le long de la côte ouest norvégienne. À l’époque, un archéologue amateur muni de son détecteur de métaux était tombé sur un petit morceau de métal étrange en sondant le sol d’une ferme. Le fragment avait ensuite été remis au musée archéologique local et pendant un temps, personne ne savait vraiment de quoi il s’agissait. Puis, au début du printemps, un autre chasseur de trésors, un ami du premier, a déterré un autre artéfact similaire à proximité.

Après analyse, il en est finalement ressorti que ces deux petits morceaux de métal intégraient le pommeau d’une même épée massive de l’ère viking. Les archéologues y ont isolé plusieurs sculptures complexes et autres détails en or et en argent. Chaque extrémité de la croix de garde affiche également la forme d’un animal (non identifié). En revanche, la lame est toujours manquante.

Une arme rare

Pour les archéologues, il s’agit probablement d’une épée de Type D, l’une des plus lourdes de l’ère viking . Ces armes nécessitaient une poignée substantielle pour les stabiliser. On dénombre moins d’une trentaine de ces épées dans le monde viking. Sur cet échantillon, environ la moitié ont été trouvées en Norvège sur les quelque 3 000 épées vikings récupérées dans le pays. D’autres ont été découvertes en Irlande, en Slovaquie, en Pologne ou en Russie.

Sur la base de son ornementation, Ann Zanette Glørstad, archéologue à l’Université d’Oslo, pense que l’épée a peut-être été forgée dans l’Empire franc ou en Angleterre vers 800 apr. J.-C.. Selon elle, il est également possible qu’elle ait été forgée par un talentueux forgeron norvégien s’inspirant des armes franques.

épée viking norvège
La tête d’un animal non identifié. Crédits : Lise Chantrier Aasen/Musée de Stavanger
épée viking norvège
La poignée richement décorée. Crédits : Lise Chantrier Aasen/Musée de Stavanger
épée viking norvège
Une restauratrice examine l’artéfact au microscope. Crédits : Lise Chantrier Aasen/Musée de Stavanger

Quant à son propriétaire, on ne peut que spéculer. Les épées de cette époque avaient parfois le nom de leur propriétaire inscrit sur la lame. Cependant, comme la lame de cette arme est toujours manquante, les archéologues devront s’appuyer sur d’autres indices pour trouver des réponses. « Étant une épée très décorative et impressionnante, elle devait probablement appartenir à quelqu’un qui avait les moyens de l’acquérir, ainsi qu’à quelqu’un qui voulait démontrer son statut social », suppose la spécialiste.

En attendant, l’épée a rejoint la collection du musée d’archéologie de Stavanger. Elle y sera exposée une fois qu’elle aura été correctement restaurée.