in

Un « monstre » de métal finalement découvert dans le Loch Ness !

Crédits : Immanuel Giel / Wikimedia

Une réplique du monstre du Loch Ness vient d’être découverte dans ce mythique lac d’Écosse. Il s’agit d’un élément de décor ayant servi pour le tournage du film « La Vie privée de Sherlock Holmes » réalisé par Billy Wider sorti en 1969.

La légende du monstre du Loch Ness trouve son origine au VIe siècle lorsqu’un moine irlandais, Saint Columba, avait sauvé un de ses disciples d’une mort certaine alors que ce dernier traversait le Loch Ness à la nage. Il aurait vu un terrible monstre surgir et se précipiter sur lui « avec de grands rugissements et la gueule ouverte ».

Dans les années 1930, le mythe du monstre du Loch Ness obtient une renommée mondiale, tant les canulars et autres témoignages se multiplient. En 1961, le Bureau d’enquêtes sur les phénomènes du Loch Ness est créé et les « observations » se poursuivent jusqu’aux années 2000. Depuis des années donc, les amateurs et les scientifiques n’ont jamais pu prouver clairement l’existence du monstre, qui a finalement été baptisé « Nessie ».

Durant ce mois d’avril 2016, la société Konsberg Maritime a sondé les profondeurs du Loch Ness et a trouvé quelque chose, ce qui a agité les nombreux amateurs du mythe. Ce que cette société a trouvé au fond du lac avait une silhouette similaire au monstre mythique, comme l’indique la cartographie sonar suivante.

En réalité, il s’agit d’un objet en métal. Plus précisément, Konsberg Maritime a repéré un monstre de métal à 180 mètres de profondeur, qui faisait partie du décor du film « La Vie privée de Sherlock Holmes » de 1967. Ce mannequin de « Nessie » a été fabriqué dans le but de flotter sur le lac, mais le réalisateur, ayant voulu supprimer les bosses du monstre après les premières prises de vues, a finalement assisté au naufrage du mannequin.

La société Konsberg Maritime a donc utilisé un drone sous-marin pour sonder le Loch Ness, le Munin, habituellement destiné à sonder les fonds marins très profonds : jusqu’à 1500 mètres. Cet appareil est donc capable de cartographier de grands espaces avec une résolution élevée. Concernant le Loch Ness, le Munin l’a sondé en partie seulement, mais qui sait, peut être renferme-t-il d’autres découvertes ?

Sources : Sciences et Avenir24 heures.ch

Crédit photos : Kongsberg Maritime Ltd