in

Des monnaies romaines découvertes dans les ruines d’un château japonais

(Crédits : Urama Board of Education)

C’est dans les ruines d’un château médiéval du Japon que des archéologues locaux ont mis au jour des monnaies antiques de l’Empire Romain, datées de 300 à 400 de notre ère. Elles témoignent ainsi d’échanges indirects entre l’Empire Romain et l’Empire du soleil levant, via la Chine.

Sur l’île d’Okinawa au Japon, le château Katsuren, une résidence féodale (XIIe-XVIIIe) fouillée depuis 2013, est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est dans les ruines de ce château qu’à la fin du mois de septembre dernier, des archéologues japonais ont mis au jour quatre petites pièces de cuivre provenant de l’Empire Romain, mélangées à d’autres monnaies, dont certaines ottomanes, et datées de 300 à 400 de notre ère. À l’Université internationale d’Okinawa, l’archéologue Hiroki Miyagi s’est chargé de leur analyse aux rayons X qui ont notamment révélé un portrait de l’empereur romain Constantin 1er (272-337) sur l’une, et un soldat tenant une lance sur l’autre.

Mais alors, comment ces pièces ont-elles pu arriver jusque-là, les liens entre l’Empire Romain et celui du soleil levant n’existant pas à cette époque ? “Nous ne pensons pas qu’il y ait eu de contacts directs entre l’Occident et Ryukyu, dans l’île d’Okinawa, mais nous savons en revanche qu’il y a eu d’intenses échanges commerciaux avec la Chine et l’Asie du Sud-Est entre le 14e et le 19e siècle” explique Hiroki Miyagi, suggérant ainsi un rôle de la Chine dans l’apparition de ces monnaies au Japon. “Ces pièces de monnaie ont pu arriver via la Chine, des commerçants chinois ayant pu les obtenir de marchands musulmans” poursuit-il.

160927140450-04-ancient-roman-coins-exlarge-169
(Crédits : Urama Board of Education)

Il y a quelques jours, une annonce a été faite et semble faire écho à celle-ci ; la découverte supposée de deux squelettes chinois du IIe siècle dans un cimetière romain de Londres, nous rappelant ainsi que les liens entre Occident et Extrême-Orient étaient plus resserrés qu’on ne le pense. En effet, selon les annales chinoises, des échanges entre l’Empire Romain et la Chine ont existé dès le IIe siècle, notamment via l’Inde.

160927133219-02-ancient-roman-coins-exlarge-169
(Crédits : Urama Board of Education)

Sources : japantimes, cnn