in

Les mondes océaniques de notre système solaire pourraient bientôt livrer quelques secrets

Crédits : NASA-GSFC/SVS, Hubble Space Telescope, Stefanie Milam, Geronimo Villanueva

Le télescope spatial James Webb de la NASA usera de ses instruments infrarouges pour étudier les « mondes océaniques » de notre système, que sont Europe, la lune de Jupiter, et Encelade, celle de Saturne, s’ajoutant aux observations précédemment faites par les sondes Galileo et Cassini de la NASA.

Lorsque vous avez une telle merveille technologique entre les mains, il s’agit de bien choisir ses cibles. Europe et Encelade, deux lunes qui font régulièrement la une des revues scientifiques pourraient d’ailleurs être les toutes premières ciblées par le futur James Webb Telescope, 100 fois plus puissant que Hubble, dont le lancement est prévu pour 2018. L’un des objectifs du télescope est en effet d’étudier les objets qui pourraient nous aider à éclairer les origines de la vie. Avant de se pencher sur les exoplanètes, l’instrument focalisera donc tout naturellement son objectif sur les corps les plus proches, situés au coeur de notre propre système.

Europe et Encelade ont récemment fait parler d’elle suite à la découverte de panaches qui s’échappent depuis la surface, qui contiennent un mélange de vapeur d’eau et de produits chimiques organiques simples. Les missions Cassini-Huygens et Galileo combinées à la puissance du télescope spatial Hubble de la NASA ont précédemment suggéré des processus géologiques en cours sous la surface, animés par de grands océans souterrains. Le James Webb compte bien poursuivre les efforts en analysant la composition de ces panaches.

Bien que le télescope soit incapable de répondre concrètement si oui ou non les océans souterrains de ces deux lunes abritent la vie, les chercheurs affirment qu’il sera en mesure de localiser et de mieux caractériser les régions actives qui pourraient permettre une étude plus approfondie. Les futures missions, telles que Europa Clipper de la NASA, dont l’objectif principal est de déterminer si Europe est habitable, pourraient utiliser les données du télescope pour privilégier certaines zones à explorer.

Le James Webb Telescope prendra donc bientôt le relais de Hubble (en pré-retraite) avec pour objectif d’étudier le maximum d’exoplanètes, mais également celui de remonter le temps jusqu’à la naissance des premières galaxies. Après son lancement, le télescope spatial James Webb sera l’observatoire spatial le plus avancé au monde. Pesant 6,4 tonnes pour un coût estimé de 8,8 milliards de dollars, le Webb sera lancé par une fusée Ariane V de l’Agence spatiale européenne (ESA) qui contribue à son développement, tout comme l’Agence spatiale canadienne.

Source : Goddard Space Flight Center de la NASA