in

“Mokusatsu”, ou l’erreur de traduction qui a précipité la chute du Japon en 1945

Crédits : Wikimedia Commons

Ce serait une “simple” erreur de traduction qui aurait coûté deux bombes atomiques au Japon avant sa capitulation en 1945. L’ambiguïté de ce mot, “Mokusatsu”, a conduit à une mauvaise interprétation, propulsant le destin du pays.

Mokusatsu, composé des deux kanji “moku” (silence) et “satsu” (tuer), se traduirait littéralement par “tuer en silence”. C’est ce qu’auraient répondu les autorités japonaises aux Américains alors que ces derniers leur proposaient une porte de sortie en capitulant sans condition. Seulement pour les militaires japonais, il n’était pas question de rendre les armes. Mais Shigenori Togo, le ministre des Affaires étrangères, essaie de gagner du temps afin de connaître la position des Russes pour obtenir une médiation pour assurer l’avenir de l’Empire si ce dernier capitule. C’est ainsi que Togo parvient à obtenir un compromis et à calmer les militaires.

Pour contenter la presse, un compte rendu doit être rédigé, et c’est dans ce même compte-rendu qu’il est écrit le mot “mokusatsu”. Ce dernier doit être ainsi traduit en anglais, mais plusieurs sens s’en dégagent, donnant du fil à retordre aux traducteurs. Ainsi, on peut traduire ce mot si ambigu à la fois par “sans tenir compte de”, “traiter avec mépris”, mais aussi par “sans commentaire”, ce que suggérait le ministre des affaires étrangères japonais. Or, il sera traduit par “traiter avec mépris”, et est propagé partout dans la presse mondiale.

Les États-Unis le prennent comme une marque de mépris, un nouvel affront qui ne les convainc qu’encore plus que les Japonais préfèrent mourir que de se rendre; même avec une porte de sortie à peu près honorable. Et même si les Japonais se sont rendu compte de cette erreur de traduction, il est désormais trop tard.

Dix jours plus tard, nous connaissons la suite: la première bombe atomique s’abat sur Hiroshima, puis trois jours après, sur Nagasaki. On pourrait croire là que les Japonais se sont tiré une balle dans le pied, mais quel poids a un petit mot comparé à l’Histoire?

Sources: Slate, RTBF