in

Le MIT présente un robot-origami capable d’effectuer différentes tâches avant de s’autodétruire

Crédits : Capture vidéo / Youtube / Massachusetts Institute of Technology (MIT)

À l’occasion du salon ICRA2015, qui s’est tenu le week-end dernier à Seattle, des chercheurs du MIT ont présenté un prototype de « robot miniature » capable de prouesses étonnantes. En effet, cette machine est capable d’adopter différentes formes, de se déplacer, de transporter des charges et… de s’autodétruire! Des capacités qui laissent présager de nombreuses applications futures.

Les chercheurs du MIT, en association avec l’université technique de Munich, ont récemment créé un drone d’un tout nouveau genre. À mi-chemin entre un origami et un transformer, ce petit « robot » est en effet capable de se replier sur lui-même afin d’adopter différentes formes. Mais la prouesse technique ne s’arrête pas là puisque l’engin est également en mesure de marcher, de nager et de porter des charges plus lourdes que lui avant de s’autodétruire dans de l’acétone. Un gadget qui ferait sans nul doute pâlir d’envie le célèbre James Bond !

Ce « robot » n’en est pourtant pas réellement un au sens premier du terme puisqu’il ne comporte aucun élément électronique ou informatique. En réalité, il n’est composé que de deux couches extrêmement minces de polystyrène (ou de papier) entre lesquelles se trouvent un aimant et une feuille de PVC mesurant 1,7 cm de côté. Ces matériaux relativement simples lui permettent néanmoins de réaliser des prouesses remarquables lorsqu’il est situé sur un milieu adéquat.

Ainsi, lorsque l’engin est placé sur une superficie chauffée à la bonne température, la feuille de PVC dont il est constitué se plie en moins d’une minute en fonction de lignes structurelles prédéterminées. Puis, grâce à l’action combinée de quatre bobines électromagnétiques disposées sous la surface, le « robot » peut se déplacer dans n’importe quelle direction à une vitesse moyenne de 3 à 4 cm par seconde. Il est en outre capable de porter un poids de 0,6 gramme, de monter une pente et de se frayer un chemin au travers de différents obstacles, comme vous pourrez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Mais, l’un des intérêts majeurs de cette nouvelle invention, c’est également sa capacité à se désintégrer. Ainsi, même si le robot ne peut actuellement s’autodétruire qu’en se plongeant dans de l’acétone, les concepteurs travailleraient d’arrache-pied pour qu’il puisse, à l’avenir, se dissoudre dans l’eau.

À terme, les chercheurs du MIT envisagent que leur invention puisse être utilisée à des fins militaires ou médicales. À titre d’exemple, le robot pourrait être inséré dans le corps d’un patient, puis téléguidé pour effectuer différentes tâches, avant de s’y dégrader en un laps de temps relativement court.

Sources : NBCnews — NouvelObs