in

Avec autant de missions spatiales, l’année 2024 promet d’être épique

orion module de service artemis 2
Le système Terre-Lune vu par Orion lors de la mission Artemis 1. Crédits : NASA

L’année 2024 promet d’être extraordinaire dans le domaine spatial, avec de nombreuses missions passionnantes prévues. On fait le point.

De nombreuses missions lunaires, dont Artemis 2

L’année 2024 sera dominée par une série de missions lunaires dont le point culminant est la mission Artemis 2. L’objectif sera d’envoyer une capsule Orion habitée autour de la Lune. Les quatre astronautes à bord reviendront ensuite sur Terre, préparant ainsi le retour des humains sur le sol lunaire qui aura lieu dans le cadre de la mission Artemis 3.

Trois missions lunaires Intuitive Machines

La mission Intuitive Machines 1 (IM-1), programmée pour son lancement le 12 janvier 2024, a pour objectif de déployer l’atterrisseur Nova-C dans le cratère Malapert A, situé près du pôle sud lunaire. Il s’agit d’un atterrisseur lunaire commercial conçu notamment pour transporter des instruments parrainés par la NASA dans le cadre du programme CLPS (Commercial Lunar Payload Services) de l’agence spatiale américaine.

Intuitive Machines planifie également deux autres missions lunaires pour l’année prochaine. La mission IM-2, susceptible de se dérouler au début de 2024, vise à placer Nova-C près du cratère Shackleton dans la région polaire sud de la Lune. Elle démontrera la possibilité d’utiliser des ressources locales.

La troisième mission d’Intuitive Machines, IM-3, est prévue pour livrer plusieurs charges utiles dans la région lunaire Reiner Gamma. Elle comprendra quatre charges utiles de la NASA et le rover Lunar Vertex. Son objectif sera de mener des enquêtes scientifiques tout en testant des technologies avancées pour les futures explorations lunaires.

intuitive machine nova-c missions
Une illustration de l’atterrisseur Nova-C sur la Lune. Crédits : NASA

L’atterrisseur lunaire Peregrine d’Astrobotic

Peregrine 1, un atterrisseur développé par la société Astrobotic, dont le lancement est programmé le 24 décembre 2023, tentera un atterrissage dans le Sinus Viscositatis 32 jours plus tard.

Cette mission intègre également le programme CLPS de la NASA. Parmi les charges utiles diverses de l’atterrisseur, on compte un réseau de rétroréflecteurs laser destiné à des mesures de distance précises et un système de spectromètre à neutrons pour l’analyse de la composition des régolithes lunaires.

Astrobotic envisage également un second voyage vers la Lune en 2024, baptisé Griffin Mission 1. Ce projet, prévu pour être lancé en novembre, vise à livrer le rover VIPER de la NASA en surface dans la région polaire sud de la Lune.

Comparable en taille à une voiturette de golf, VIPER explorera la région à proximité du cratère Nobile pendant 100 jours, effectuant des analyses du régolithe pour détecter la présence de glace d’eau et de substances volatiles grâce à une perceuse et un spectromètre.

La mission chinoise Chang’e-6

La mission chinoise Chang’e-6, dont le lancement pourrait avoir lieu en mai 2024, a pour objectif historique de collecter les premiers échantillons lunaires de la face cachée de la Lune.

En plus de cela, la mission portera des charges utiles internationales telles que l’instrument français DORN pour étudier le dégazage du radon, le NILS suédois pour détecter les ions négatifs à la surface lunaire et le cubesat ICECUBE-Q du Pakistan.

Mission Blue Ghost 1 de Firefly Aerospace

La mission Blue Ghost 1 de Firefly Aerospace, prévue pour le second semestre 2024, a pour objectif de livrer une variété de charges utiles (dont dix sont parrainées par la NASA) sur la Lune dans le cadre de l’initiative CLPS.

L’atterrisseur Blue Ghost de cette société texane touchera terre à Mare Crisium pour étudier le régolithe lunaire ainsi que les caractéristiques géophysiques distinctes de notre satellite. Les données recueillies contribueront à approfondir notre compréhension de la Lune et fourniront des informations sur les effets de la météo spatiale sur Terre.

ispace Hakuto-R Mission 2

La mission Hakuto-R 2, prévue pour la fin de l’année 2024, marque la seconde tentative d’alunissage d’ispace qui a tiré des enseignements de l’échec de sa première mission en avril 2023, au cours de laquelle l’atterrisseur lunaire s’était écrasé lors d’une tentative d’atterrissage en douceur. L’objectif principal de cette nouvelle mission sera de déployer un micro-rover conçu pour résister aux conditions difficiles de la Lune.

HAKUTO-R
Représentation d’artiste de l’atterrisseur HAKUTO-R sur la surface de la Lune. Crédits : ispace

Boeing CST-Starliner

L’année prochaine verra également une série de nouveaux tests et de lancements inauguraux.

Avec plusieurs années de retard, une capsule Boeing CST-Starliner transportant un équipage devrait enfin effectuer son vol en avril. Elle visera la Station spatiale internationale (ISS) avec les astronautes Butch Wilmore et Suni Williams à bord.

L’objectif de ce vol sera de démontrer les capacités opérationnelles de Starliner et de confirmer sa fiabilité pour les futures missions orbitales avec équipage.

starliner missions
Illustration de la capsule Starliner en orbite. Crédits : Boeing

D’autres missions prometteuses

Le premier lancement de la toute nouvelle fusée européenne, Ariane 6, est prévu entre le 15 juin et le 31 juillet. Bien que récemment, une répétition de lancement ait été couronnée de succès, d’autres tests restent à effectuer avant le vol inaugural.

Blue Origin espère de son côté lancer sa fusée New Glenn en août, ce qui marquerait une avancée majeure dans ses capacités de lancement orbital.

Dans le domaine de l’exploration planétaire, des missions vers Vénus (Venus Life Finder de Rocket Lab) et Mercure (Bepi-Colombo) offriront des opportunités uniques pour étudier ces planètes. D’autres projets prometteurs devraient se concrétiser, dont la mission Hera de l’ESA, prévue pour octobre, qui revisitera l’astéroïde Didymos pour étudier l’impact de DART sur l’astéroïde Dimorphos.

En orbite terrestre basse, la mission Axiom 3 (Ax-3) prévue en janvier 2024, dirigée par Axiom Space, transportera le premier équipage entièrement européen vers l’ISS, illustrant la collaboration croissante entre les entreprises privées et les agences gouvernementales dans l’exploration spatiale.

Enfin, SpaceX continuera de son côté de déployer ses satellites Starlink en orbite et poursuivra le développement de sa mégafusée Starship. La société prévoit plusieurs missions de démonstration tout au long de l’année.