in

Mission DART : à quel point l’orbite de l’astéroïde a-t-elle été modifiée ?

DART
Vue de Dimorphos par DART moins de deux minutes avant l'impact le 26 septembre 2022. Crédits : NASA/JHUAPL

L’impact du vaisseau DART sur le petit astéroïde Dimorphos le 26 septembre dernier dans le cadre d’un test de défense planétaire a été plus efficace que ce que les scientifiques ne le pensaient. La NASA vient de partager quelques détails.

Une mission plus que réussie

Cette mission visait à tester une technique de défense planétaire potentielle, celle de l’impact cinétique, au cas où un astéroïde venait à menacer notre planète. L’objectif principal était de raccourcir l’orbite d’une petite roche nommée Dimorphos autour d’un astéroïde plus gros d’au moins 73 secondes. En réalité, d’après une annonce des responsables de la NASA ce lundi 11 octobre, la période orbitale de l’objet serait passée de 11 heures 55 minutes à 11 heures 23 minutes, ce qui représente un changement d’environ 32 minutes.

« Prenons tous un moment pour nous imprégner de cela« , a déclaré Lori Glaze, la chef de la division des sciences planétaires de la NASA, lors de la conférence de presse. « Pour la première fois, l’humanité a changé l’orbite d’un corps planétaire« .

Pour évaluer l’efficacité de cette mission et mesurer précisément l’évolution de l’orbite de Dimorphos autour de son plus grand compagnon, les scientifiques ont utilisé plusieurs télescopes au sol. Les astronomes ont capturé une série de photographies de ces deux astéroïdes, qui n’apparaissent qu’en un petit point de lumière depuis la Terre, sur un fond d’étoiles connues pour tracer la luminosité changeante du système. Les détails de ce modèle ont alors permis de différencier le moment où Dimorphos passait devant Didymos, et vice versa.

Encore des données à analyser

L’équipe de mission se doutait que l’impact de DART aurait un effet significatif. Les quelques images renvoyées par la sonde peu de temps avant le crash avaient en effet révélé une agglomération de rochers, de gravier et de poussière, laissant peu de doute quant au succès de la manœuvre. En revanche, les chercheurs ne s’attendaient pas à ce que l’orbite soit autant modifiée.

Les télescopes au sol et dans l’espace continueront de surveiller les débris de l’impact de DART au fil du temps. L’équipe DART collecte également toujours des données supplémentaires sur l’orbite de la lune. Ce changement de 32 minutes annoncé lundi s’accompagne en effet d’une fenêtre d’incertitude de deux minutes de chaque côté que les scientifiques espèrent réduire encore plus.

DART astéroïde
La dernière image complète de l’astéroïde Dimorphos prise par l’imageur DRACO deux secondes avant l’impact. Le vaisseau DART se trouvait encore à douze kilomètres de sa cible. Crédits : NASA

L’Agence spatiale européenne (ESA) lancera également un vaisseau spatial de suivi, appelé Hera, pour explorer de manière beaucoup plus détaillée les conséquences de cet impact. Notez que selon les plans originaux, Hera devait être témoin de la rencontre du vaisseau DART avec la petite lune. Des retards de financement en ont décidé autrement. Hera sera finalement lancée en octobre 2024 pour arriver sur place en 2027. Entre-temps, la poussière générée par l’impact aura eu le temps de se dissiper.