in

Vers la Lune : la première mission Artemis devra encore attendre

Le premier étage du lanceur SLS destiné au lancement de la mission Artemis I sort de l'usine de Michoud. Crédits : Danny Nowlin

Le lanceur Space-Launch System (SLS) de la NASA, qui était censé lancer la première mission Artemis en novembre, ne prendra pas son envol avant l’année prochaine, selon une source de la NASA.

Le SLS, le nouveau lanceur super-lourd développé par la NASA, est celui lui qui se chargera d’envoyer les prochains équipages vers la Lune, et pourquoi pas plus tard vers Mars. Son premier vol était normalement prévu pour le mois de novembre prochain, dans le cadre de la mission Artemis I, dont l’objectif sera d’envoyer une capsule Orion non habitée autour de la Lune.

Publiquement, la NASA s’accroche toujours à cette échéance. Officieusement, elle sera probablement décalée à l’été prochain, selon Ars Technica, citant une source de la NASA.

Encore de nombreux tests

Il y a quelques semaines, des techniciens et ingénieurs avaient terminé d’empiler la fusée SLS, intégrant également les boosters latéraux à la structure. Une charge a ensuite été placée au sommet de la fusée pour simuler la présence du vaisseau Orion. À l’heure actuelle, la NASA et ses sous-traitants travaillent sur des tests de vibration du lanceur (tests modaux). Ces derniers visent à mieux comprendre la différence entre les vibrations naturelles générées par la fusée elle-même et celles causées par des forces externes. Les données recueillies seront introduites dans le logiciel de vol.

Ces tests, qui devaient initialement se terminer courant juillet, sont toujours en cours dans le bâtiment d’assemblage du Kennedy Space Center (Floride), selon Kathryn Hambleton, des relations publiques de l’agence. Autrement dit, la NASA aura bientôt deux mois de retard sur les objectifs initiaux, et d’autres tests sont prévus.

Une fois ces tests de vibrations terminés, le simulateur de masse sera décoiffé de la fusée pour être remplacé par le véritable vaisseau Orion. L’ensemble de la structure sera ensuite acheminé vers la rampe de lancement de Cap Canaveral pour une “répétition générale humide”. Au cours de ce test, l’hydrogène et l’oxygène liquides seront chargés dans la fusée et une partie du compte à rebours réel sera simulé. En revanche, les moteurs du véhicule ne seront pas déclenchés. Ce test aura probablement lieu en novembre ou décembre.

fusée nasa sls lune artemis
Le premier étage (Core stage) de la SLS avant assemblage. Crédits : Tyler Martin/NASA Marshall

Pas avant le printemps

Puis le véhicule sera ramené dans le bâtiment d’assemblage pour les vérifications finales. En supposant que tout se passe comme prévu, la fusée SLS pourrait désormais être lancée au début du printemps prochain. En revanche, si les tests de répétition générale humide identifient de nouveaux problèmes, le lancement sera probablement reporté à l’été prochain. Une mise à jour du calendrier sera proposée après les tests modaux et l’empilement d’Orion sur le dessus de la fusée.

Que la mission Artemis I ne puisse pas être lancée en 2021 était attendu. Nous devons ainsi nous attendre à ce que le reste du calendrier soit également reporté. La mission Artemis II, qui devait envoyer un premier équipage autour de la Lune depuis les missions Apollo, n’aura donc pas lieu en 2022, mais probablement en 2023/2024. La mission Artemis III, qui verra de nouveau les humains poser les pieds sur notre satellite, sera ensuite programmée, mais pas avant 2025.