in ,

Mise en vente d’un ordinateur contenant les 6 virus les plus redoutables du monde !

Crédits : capture live / page officielle The Persistence of Chaos

Un artiste chinois a récemment réalisé une performance sans précédent. Celui-ci a infecté un ordinateur avec les six plus dangereux virus jamais créés. La machine a ensuite été mise en vente pour un million de dollars !

De l’art qui n’est pas sans danger

Sans aucun doute, chacun a sa propre vision de l’art. Celle de l’artiste 2.0 chinois Guo O Dong semble être aussi surprenante que dangereuse. Comme l’indique The Verge dans un article publié le 25 mai 2019, l’intéressé est à l’origine d’une performance artistique au nom très évocateur : La persistance du chaos.

Guo O Dong a installé dans un petit laptop 10 pouces les six virus les plus dangereux jamais créés. Le futur acquéreur doit tout de même savoir qu’il est très facile d’éviter les risques. En effet, en gardant le WIFI désactivé et en évitant de brancher une clé USB sur la machine, les possibilités de propagation sont nulles. Dans le cas contraire, tous aux abris ! Il faut savoir que cette performance a été commandée par la société de cybersécurité DeepInstinct et placée en vente avec un prix de départ d’un million de dollars ! Un live est actuellement en cours dans lequel il est possible de voir la machine posée sur un socle en attendant la vente.

L’artiste a évoqué « une performance qui peut paraître étrange », dont la motivation était de donner une forme concrète aux « menaces abstraites générées par le monde numérique ». Il s’agit de sensibiliser la population à des attaques passant par le virtuel mais capables de causer d’importants dégâts dans la réalité. Guo O Dong a évoqué le fait que les virus peuvent infecter les « réseaux électriques ou les infrastructures publiques » et « causer des dommages directs sur les populations ».

Crédits : Pixabay

Quels sont ces six virus ?

L’ordinateur contient entre autres le virus ILOVEYOU, un ver informatique apparu pour la première fois en l’an 2000. Ce dernier se cachait derrière de fausses lettres d’amour adressées par mail. Pas moins de 10 % des ordinateurs connectés à Internet ont été infectés, pour des pertes estimées à environ 5 milliards de dollars.

MyDoom.A est un virus informatique apparu en 2004 qui se propageait via les services de messagerie ainsi que le réseau peer to peer de la plateforme de téléchargement Kazaa. Ce dernier permettait de prendre le contrôle des machines à distance, et avait un pouvoir de diffusion incroyable. En effet, une fois reçu et activé, le virus était capable de s’envoyer automatiquement à tous les membres du carnet d’adresses.

Sobig est un virus ayant infecté des millions d’ordinateurs en 2003, en profitant d’une faille présente dans tous les systèmes d’exploitation ultérieurs à Windows 95. Décliné en six versions (de 1 à F), le virus Sobig possédait son propre serveur de messagerie, et ne nécessitait qu’une connexion à Internet pour se répliquer de manière totalement autonome.

Rapportée pour la première fois en 2007, l’existence du virus BlackEnergy se poursuit aujourd’hui avec une troisième version depuis 2014. Mis au point par le cybergang russe Sandworm, le virus se cache la plupart du temps dans des fichiers Word et PowerPoint. Celui-ci a notamment été responsable d’une panne ayant privé d’électricité près de 1,5 million de personnes en Ukraine en décembre 2015.

Le virus DarkTequila cible seulement les utilisateurs au Mexique depuis 2013. Infectant les machines par le biais du spear-phishing et des périphériques USB, ce virus permet au pirate de contrôler totalement les opérations se produisant sur l’ordinateur infecté.

Enfin, tout le monde se souvient de la crise mondiale occasionnée par le ransomware WannaCry en 2017. Plus de 300 000 ordinateurs dans plus de 150 pays avaient été infectés, perturbant l’activité de nombreux services publics et entreprises.

Source

Articles liés :

Les ordinateurs Asus victimes d’un surprenant malware !

Voici Scranos, le malware mutant qui est arrivé en France !

Les moyens de stockage des données sont-ils vraiment sûrs ?