in

Des mini-robots contrôlés à distance pourront un jour vous opérer de l’intérieur

Crédits : alan9187

Une entreprise américaine travaille actuellement sur le développement de mini-robots permettant à des chirurgiens d’opérer à distance avec une plus grande liberté de mouvement à l’intérieur de votre corps.

Imaginez une salle d’opération. Des médecins préparent un patient pour une intervention chirurgicale, font une petite incision au niveau de l’abdomen et insèrent un petit robot tandis qu’à centaines de kilomètres, un chirurgien met un casque de réalité virtuelle, saisit ses contrôleurs et se prépare à opérer. Ce type d’approche pourrait ressembler à de la science-fiction. Une startup américaine aimerait en faire une réalité.

Plus de 30 millions de dollars déjà levés

Vicarious Surgical est une jeune entreprise basée à Charlestown, dans le Massachusetts, fondée par Adam Sachs et Sammy Khalifa. Les deux anciens du MIT travaillent sur ce projet depuis l’obtention de leur doctorat il y a environ cinq ans.

Au cours de ces dernières années, ils ont cherché à développer et miniaturiser des mini-robots armés de deux bras et d’une tête munie d’une caméra capable d’opérer à l’intérieur du corps humain. À distance, un chirurgien muni d’un casque de réalité virtuelle pourrait alors contrôler lesdits robots sans l’inconvénient de limiter ses mouvements autour des sites d’incision. Ce chirurgien, souligne à TechCrunch Adam Sachs, «pourrait être dans une autre pièce ou à des centaines de kilomètres (à condition d’avoir une excellente connexion Internet)».

Au cours de ces dernières années, le projet des deux ingénieurs ont attiré la curiosité de plusieurs investisseurs, à l’instar de Bill Gates via son fonds Gates Frontier, Khosla Ventures, Eric Schmidt’s Innovation Endeavors, ou encore AME Cloud Ventures (société d’investissement du fondateur de Yahoo Jerry Yang). Au total, l’entreprise a levé près de 32 millions de dollars pour soutenir le développement de sa technologie. Et pour cause, le marché des robots médicaux est très lucratif estimé à environ 90 milliards de dollars, selon un rapport d’Allied Market Research.

mini-robots chirurgie
Le Dr Barry Greene, médecin-chef de Vicarious Surgical (à gauche), le directeur général, Adam Sachs (au centre) et le directeur de la technologie, Sammy Khalifa. Crédits : TechCrunch

Démocratiser l’accès aux meilleurs soins de santé

Ce type d’approche pourrait être largement applicable dans des domaines susceptibles de donner des résultats plus rapides que dans celui de la chirurgie de précision. Mais pour les deux ingénieurs, il était important de s’attaquer d’abord au marché de la santé pour faire la différence d’un point de vue technologique, mais également d’un point de vue social.

«Les chirurgies mini-invasives et la robotique chirurgicale sont en effet l’avenir et cela ne fait que commencer», souligne Dror Berman, directeur général d’Innovation Endeavors. «Il y a eu 900 000 interventions chirurgicales effectuées à l’aide de la robotique chirurgicale sur un total de 313 millions d’interventions chirurgicales. C’est un faible pourcentage et ça coûte très cher de les acheter… En général, ce n’est pas offert à la grande majorité des patients. Vicarious consiste à démocratiser cet accès».

À plus long terme, Vicarious Surgical aimerait que sa technologie devienne accessible non seulement aux grands hôpitaux des États-Unis, mais également aux petites villes et villages des régions rurales des États-Unis et du monde entier. En attendant, la société teste ses robots miniatures virtuellement et en laboratoires. Selon TechCrunch, elle n’aurait pas souhaité dire si elle utilisait ou non des sujets animaux.