in ,

Miner du Bitcoin consommerait quatre fois plus d’énergie que le minage de l’or !

Crédits : Pixabay

Miner des cryptomonnaies telles que le Bitcoin ou l’Ethereum peut s’avérer être très lucratif. En revanche, il s’agit d’une activité très énergivore, dépassant même le minage de métaux précieux tels que l’or et le platine, selon une étude.

Une consommation énergétique incroyablement élevée

Pour se rendre compte à quel point miner des cryptomonnaies peut être énergivore, il suffit d’aller observer le Bitcoin Energy Consumption Index. Le graphique et le compte rendu nous apprennent par exemple que l’activité liée au Bitcoin affiche une consommation énergétique du même niveau que celle de l’Irlande, et une émission de CO2 équivalente à un million de vols transatlantiques !

En fin d’année 2017, nous évoquions le fait qu’une transaction en Bitcoin consommait autant qu’une maison en une semaine. Plus récemment, il a aussi été avéré que le Bitcoin pourrait mener à une hausse des températures de 2 °C dès 2033 !

Une étude inédite

Des chercheurs du Oak Ridge Institute de Cincinnati (États-Unis) ont voulu comparer le coût énergétique du minage des quatre principales monnaies virtuelles – Bitcoin, Ether, Litecoin et Monero – par rapport aux métaux.

Selon les résultats parus dans la revue Nature Sustainability le 5 novembre dernier, miner un dollar de Bitcoin nécessite 17 millions de joules (MJ), ce qui est bien plus que les 7 MJ pour le platine et les 5 MJ pour l’or. Évoquons à titre de comparaison que faire bouillir 10 litres d’eau de 20 °C à 100 °C nécessite 3,5 MJ, et que le champion des métaux énergivore est l’aluminium – à partir de la bauxite – avec 122 MJ pour un dollar ! En ce qui concerne les terres rares, nous tournons autour de 9 MJ.

Crédits : Max Pixel

Comment cela est-ce possible ?

Miner des cryptomonnaies ne nécessite pourtant aucun travail avec utilisation de pelleteuse et autres. En revanche, cette activité requiert l’activité intense de milliers d’ordinateurs à travers le monde afin d’obtenir les fameux « hash cryptographiques », ce qui consomme énormément d’énergie. Miner un bloc de cryptomonnaie est une affaire de rapidité de calcul, et les ordinateurs les plus performants sont donc les gagnants.

De plus, la difficulté du hash augmente par tranche de 2016 blocs, ce qui contraint les mineurs à effectuer de plus en plus de calculs pour miner le même dollar de Bitcoin ! Quoi qu’il en soit, les chiffres de la consommation énergétique liée au Bitcoin triplent chaque année, de 283 MW de puissance en 2016 à presque 3500 MW aujourd’hui !

Relativisons !

De plus en plus de fermes de minage voient le jour, et celles-ci disent être alimentées par le biais d’énergies renouvelables à bas prix. La concurrence entre les mineurs devrait également diminuer au fur et à mesure que la récompense de minage pour un dollar baissera. De plus, miner des métaux génère d’autres problèmes – notamment environnementaux – contribuant par exemple à la pollution des sols ou encore à la déforestation.

Sources : The GuardianFutura Sciences

Articles liés :

Comment rendre l’industrie du Bitcoin plus respectueuse de l’environnement ?

Un « tsunami des données » attendu d’ici 2025

Des millionnaires des cryptomonnaies se mettent à financer la recherche transhumaniste