in

Un message aux extraterrestres sera envoyé au système TRAPPIST-1

Vue d'artiste d’une des trois planètes en orbite autour de l'étoile Trappist-1 Source : © ESO, M. Kornmesser

Un message contenant des données scientifiques et quelques échantillons de musique sera diffusé vers le système stellaire TRAPPIST-1, à 39 années-lumière de la Terre. Les chercheurs entretiennent l’espoir de déclencher une conversation avec des extraterrestres.

METI International, ou simplement METI (Messagerie d’Intelligence Extraterrestre), est une organisation de recherche à but non lucratif créée par Douglas Vakoch. Sa principale mission est de transmettre des messages interstellaires afin de tenter de communiquer avec des civilisations extraterrestres. Il s’agit d’une alternative proactive au SETI qui concentre ses efforts non pas sur l’envoi de messages, mais sur l’écoute du ciel.

En octobre 2017, l’organisation avait envoyé un message (un didacticiel scientifique et mathématique) vers la naine rouge de Luyten, à environ douze années-lumière de la Terre, depuis la Norvège.

Dans quelques mois, le METI compte par ailleurs envoyer son deuxième message, cette fois en direction du système TRAPPIST-1. La découverte de ce système, situé à seulement 39 années-lumière de la Terre, avait fait les gros titres en 2017. Et pour cause : imaginez une étoile rouge entourée de sept planètes telluriques si proches les unes des autres que vous pourriez toutes les voir depuis la surface de l’un de ces objets. Sur les sept, trois évoluent également dans la zone habitable de leur étoile.

Ainsi, une ou plusieurs de ces planètes pourraient sous certaines conditions abriter la vie, d’où l’intérêt des chercheurs et linguistes du METI. Le message sera envoyé le 4 octobre depuis la station terrestre du satellite Goonhilly à Cornwall, au Royaume-Uni. L’envoi de tels messages nécessite en effet des émetteurs très puissants dans la mesure où la force du signal, aussi étroitement focalisé soit-il, diminue rapidement en force sur les énormes distances interstellaires.

naines rouges vie trappist-1
Comparaison du Système solaire interne avec le système TRAPPIST-1 au centre duquel se trouve une étoile naine rouge. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Des maths, un peu de biologie et de la musique

D’après Douglas Vakoch, la transmission sera formée de courtes impulsions envoyées en quatre phases différentes de la même fréquence. Dans un premier temps, une série permettra d’identifier le message comme artificiel. Les autres phases impliqueront un comptage simple, les détails du tableau périodique (éléments codés dans un format binaire), des représentations d’atomes ainsi que plusieurs échantillons musicaux. Pour la partie musicale, le message inclura notamment « Ode 1. Ode to the Herald of God. A Beauty of the Earth« , « Journey Through The Asteroid Belt – The Comet Is Coming« , ainsi que des morceaux de DJ et de musiciens se produisant au festival Stihia à Muynak, en Ouzbékistan.

« Nous testons une version de l’hypothèse du zoo : ils sont là-bas, ils savent déjà que nous sommes ici, mais pour avoir accès au club galactique, nous devons soumettre une demande et peut-être même payer une petite cotisation« , explique Douglas Vakoch. « C’est donc notre tentative de payer nos cotisations et de voir s’ils nous accueilleront dans le club.« 

Si des formes de vie avancées évoluent bel et bien dans le système TRAPPIST-1 et si elles daignent répondre, il faudra patienter environ 80 ans. C’est le problème avec l’Univers : il est immense.