in

Mercure aurait eu un champ magnétique aussi intense que celui de la Terre

Crédits : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington

Selon les dernières mesures effectuées par la sonde Messenger, la planète Mercure a eu, il y a environ 3,9 milliards d’années, un champ magnétique bien plus intense qu’il ne l’est aujourd’hui, probablement semblable à celui de la Terre. 

Comme prévu, le jeudi 30 avril dernier, la sonde Messenger de la Nasa s’est écrasée près du pôle Nord de Mercure, à plus de 14 000 km/h, après quatre années d’étude de la planète la plus proche du Soleil. Mais la sonde révèle encore certains des secrets de Mercure, et selon ses dernières mesures, cette planète présentait probablement un champ magnétique similaire en intensité à celui de la Terre.

C’est ce que révèle l’étude de ses dernières mesures menée par la physicienne Catherine L. Johnson de l’Université de British Columbia à Vancouver (Canada) et son équipe, et publiée dans la revue Science. Si la planète Mercure présente aujourd’hui aussi un champ magnétique, celui-ci est bien plus faible qu’il ne l’était dans le passé.

Avant de s’écraser sur Mercure, faute de carburant, la sonde Messenger a transmis de nouvelles données sur lesquelles s’est appuyée l’équipe de Catherine L. Johnson. Ces données ont révélé la présence de roches magnétisées datant de 3,9 à 3,7 milliards d’années sur la surface de la planète. Selon les chercheurs, le champ magnétique de Mercure est généré par son noyau externe, à savoir la couche liquide recouvrant le noyau interne, qui est chargé en fer et en liquides conducteurs d’électricité.

Source : jds

– Crédits photo : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington