in

Les trois grandes menaces qui pèsent sur notre planète

Crédits : AdinaVoicu/pixabay

L’avenir de notre planète est plus que jamais menacé, avertissent plusieurs chercheurs dans un nouvel article. Ces derniers isolent trois grandes menaces dont les effets pourraient être atténués, à condition de les prendre au sérieux.

Depuis plusieurs décennies, les scientifiques tentent de tirer la sonnette d’alarme climatique, études à l’appui. Depuis le début de l’ère industrielle, nos activités rejettent en effet dans l’atmosphère beaucoup plus de gaz à effet de serre que ce que notre planète peut aujourd’hui gérer. De fait, l’humanité et le reste du vivant s’exposent à des événements dramatiques en chaîne. Événements qui se multiplieront dans les années à venir.

Seulement, le réchauffement de la planète et ses conséquences ne semblent pas être pris au sérieux. Du moins, ils ne le sont pas assez. Et de fait, rien n’est aujourd’hui entrepris de manière très claire par les autorités pour faire face à cette crise.

Trois grandes menaces

Dans un nouvel article publié dans Frontiers in Conservation Science, une équipe de dix-sept chercheurs basés aux États-Unis, au Mexique et en Australie tire une nouvelle sonnette d’alarme, décrivant trois crises majeures menaçant la vie sur notre planète : les perturbations climatiques, le déclin de la biodiversité et la surpopulation humaine. Citant plus de 150 études, l’équipe soutient que ces trois crises – dont les effets vont s’intensifier dans les années à venir – placent notre planète dans une position plus précaire qu’on ne le pense.

Dans leur article, les chercheurs dépeignent un état des lieux plutôt sombre de notre planète. Depuis le début de l’agriculture il y a 11 000 ans, peut-on lire, la Terre a perdu environ 50 % de ses plantes terrestres et environ 20 % de sa biodiversité animale. Si les tendances actuelles se poursuivent, jusqu’à 1 million des 7 à 10 millions d’espèces végétales et animales pourraient être menacées d’extinction dans un proche avenir.

Naturellement, un tel effondrement de la biodiversité perturberait tous les principaux écosystèmes de la planète, écrivent les auteurs. Ces derniers évoquent moins d’insectes pour polliniser les plantes, moins de plantes pour filtrer l’air, l’eau et le sol, et moins de forêts pour protéger les établissements humains.

déforestation planète terre
Crédits : crustmania / Flickr

En parallèle, la hausse des températures mondiales exacerbée par nos émissions de gaz à effet de serre augmentera inévitablement les événements de catastrophes naturelles, en fréquence mais aussi en intensité. Ces catastrophes pourraient former plus d’un milliard de réfugiés climatiques d’ici 2050, dont les migrations massives pourraient perturber les équilibres sociétaux déjà fragilisés.

Enfin, l’article nous rappelle que nous serons environ 9,9 milliards de personnes en 2050. Une telle surpopulation augmentera les problèmes d’insécurité alimentaire et de logement et de chômage. Rappelons que des populations plus importantes augmentent également les risques de pandémie, alors que les humains empiètent de plus en plus sur les habitats sauvages, s’exposant davantage aux zoonoses. Le cas du Covid-19 est un exemple, et il pourrait y en avoir d’autres à l’avenir.

Accepter et agir

Le but de ce nouveau rapport n’est pas de faire la morale aux citoyens ordinaires, soutiennent les auteurs, mais plutôt de décrire clairement les menaces auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés. La clé est entre les mains des dirigeants mondiaux. Ce n’est qu’en prenant véritablement ces problèmes au sérieux et en acceptant la situation que nous pourrons envisager des mesures à grande échelle efficaces. Et ces changements doivent être radicaux.