in ,

Menacées d’extinction, les abeilles seront-elles remplacées par des robots ?

abeilles
Crédits : PollyDot / Pixabay

L’abeille est arrivée sur la terre 60 millions d’années avant l’homme. Il existe une étroite relation de dépendance entre l’homme et l’abeille et pourtant, cette dernière est aujourd’hui menacée d’extinction suscitant diverses interrogations et craintes. Vivement dénoncé par Greenpeace, un projet porté depuis 2009 par la robotique permettrait pourtant à terme de remplacer les abeilles par des « RoboBees ». Retour sur un phénomène préoccupant dont la solution proposée relève encore de la Science-Fiction.

« Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. » Einstein.

L’Apis mellifera (l’abeille à miel) est responsable de la pollinisation de 80 % des espèces végétales. Sans elle, nous n’aurions pratiquement plus aucun fruit ni légume. Entre 50 et 90% des abeilles ont disparu depuis quinze ans, une mystérieuse épidémie s’attaquant aux ruches du monde entier suite à l’utilisation intensive de pesticides. Un documentaire édifiant est sorti en février 2013 : Des abeilles et des hommes. Cette production suisse dresse un constat amer de la situation des abeilles, en prenant des exemples aux États-Unis et en Chine notamment (90% des abeilles chinoises ont disparu depuis l’ère Mao), mettant en évidence le caractère destructeur de l’agriculture industrialisée. Ce documentaire à vocation pédagogique apporte une réflexion philosophique et scientifique en interrogeant les divers acteurs des filières autour de l’apiculture.

« Plus de deux-tiers des pollens prélevés dans les champs et ramenés à la ruche par les abeilles ouvrières seraient contaminés », selon le rapport de Greenpeace.

Les abeilles seraient donc exterminées dans les ruches par un parasite dont la présence serait due aux insecticides, fongicides et autres herbicides abondamment utilisés par l’agriculture intensive. Pour faire face à cette extermination en masse mettant en péril l’avenir de l’humanité, l’université d’Harvard, aidée par les biologistes de la Northeastern University de Boston, planche depuis quelques années sur un projet d’abeilles robots ou « Robobees » (lire notre article publié en mai 2013).

« Le déclin des abeilles ne relève pas de la science-fiction, c’est une réalité »
, explique Greenpeace.

Les abeilles seraient à terme remplacées par des insectes robots qui fonctionneraient à l’énergie solaire et pourraient remplir d’une façon plus efficace leur fonction pollinisatrice. Rechargeables rapidement, ils disposeraient d’une autonomie importante tout en disposant de fonctions étonnantes telles que la capacité à se remémorer les parcelles déjà pollinisées, en utilisant la triangulation en temps réel.

Cette invention pose évidemment des questions éthiques, remettant en cause le rapport entre l’homme et la nature, puis le refus général de réformer l’agriculture et l’élevage vers des méthodes plus respectueuses de l’environnement.

Devons nous créer un monde nouveau ? Ou protéger le notre ?

Source : Maxi-Sciences – Greanpeace Harvard UniversitySciences et AvenirAllociné