in

Menacée par les eaux, Bangkok a construit un parc capable de prouesses en cas d’inondations

Crédits : Landprocess

La ville de Bangkok est l’une des villes asiatiques les plus menacées au monde par les eaux. Située dans un delta et traversée par un grand fleuve, la capitale thaïlandaise semble condamnée à s’enfoncer. Au cœur de cette situation plus que préoccupante, une architecte et paysagiste locale a conçu un parc capable de prouesses en cas d’inondations.

Un parc pour donner l’exemple

Bangkok et son agglomération comptent pas moins de 10 millions d’habitants. Toutefois, la ville semble condamnée puisque celle-ci s’enfonce petit à petit dans le sol. Les experts évoquent même un enfoncement de 1,8 mètres d’ici à 2025. Il faut savoir que Bangkok est traversée par un fleuve, des canaux et comporte des rizières et des champs. Or, l’artificialisation des sols est une évolution que la ville a du mal à supporter. Par ailleurs, les précipitations sont souvent source d’inondations et le changement climatique n’arrange évidemment rien, bien au contraire. En 2011, le fleuve Chao Phraya traversant la capitale a même débordé, inondant près de la moitié de la ville !

Le décor ainsi planté laisse en théorie peu d’espoir. Toutefois, le Centenary Park inauguré en 2017 pourrait montrer l’exemple. Kotchakorn Voraakhom est l’architecte paysagiste à l’origine de ce projet qui lui a récemment valu d’être récompensée par le Time Magazine. Ainsi, l’intéressée fait partie des 100 personnes les plus influentes dans le monde en 2019.

Soulager les zones inondées

Le Centenary Park est unique au monde puisque capable de répondre avec brio aux contraintes de la capitale thaïlandaise. Au sous-sol se trouve un immense réservoir d’eau ayant la forme d’un système racinaire. Or, ce dernier peut stocker jusqu’à 3,8 millions de litres d’eau ! L’eau en question est recueillie grâce au plan incliné de la pelouse situé au centre du parc. Ainsi, la zone autour du lieu est soulagée en cas d’inondation.

Par ailleurs, si l’objectif premier est d’accroître la résilience de la ville face aux inondations, l’eau récoltée peut être réutilisée. En effet, il s’agit là d’une possibilité très intéressante durant la saison sèche.

parc bangkok innondation 2
Crédits : Landprocess

À la tête de son cabinet Landprocess, Kotchakorn Voraakhom a également fondé le Porous City Network, un groupe de consultants dont le but est d’apporter un soutien aux villes en difficulté. Il s’agit d’aider ces cités à mettre en place des solutions et bénéficier d’une certaine “porosité” face aux inondations.

Récemment, nous évoquions la situation de Jakarta, capitale de l’Indonésie. Or, le fait est que la ville s’enfonce de 10 cm par an, ce qui a récemment poussé les autorités à imaginer un projet de délocalisation de la capitale.

Source

Articles liés :

Oceanix : une ville “flottante” construite pour les réfugiés climatiques

Quelles villes sont les plus vulnérables face au réchauffement climatique ?

Le dernier rapport du GIEC annonce une catastrophe dans les océans et la cryosphère