in

La menace du tourisme de masse plane sur le plus vieux lac d’Europe

Crédit : maxpixel

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO notamment pour abriter une faune et une flore exceptionnelles, la région d’Ohrid en Macédoine et surtout son lac voit peser la menace du tourisme de masse avec les nombreuses infrastructures qui devraient y voir le jour.

C’est à la frontière entre la Macédoine et l’Albanie que l’on trouve le lac d’Ohrid, le plus vieux lac d’Europe situé au cœur de la région d’Ohrid. Celle-ci a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO grâce à une faune et une flore exceptionnelles abritant des milliers d’espèces végétales et animales, dont 200 qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Les défenseurs de l’écologie s’inquiètent de l’avenir de ce joyau environnemental en raison d’une forte menace touristique qui plane sur le lac.

En effet, toute une série de projets et d’infrastructures pourrait voir le jour, à savoir une station de ski, une marina sur le lac, des immeubles touristiques ou encore une route pour développer le tourisme dans cette région. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) envisage même de cofinancer cette route.

Selon les militants, ces différents projets menacent 50 hectares de marais essentiels pour filtrer l’eau d’un lac vieux de trois millions d’années. Si elles voient vraiment le jour, « on pourra dire adieu au site classé au patrimoine de l’UNESCO », explique Aleksandra Bujaroska, une avocate macédonienne spécialisée dans les questions d’environnement. L’avocate est à l’origine de la création de l’association « Front 21/42 » qui milite pour un moratoire portant sur des projets qu’ils considèrent comme destructeurs pour l’environnement. « Le gros problème dans toute cette procédure, c’est la constante violation du droit au public à participer à la prise de décision », déplore-t-elle.

Du côté de l’UNESCO, on explique que si ces projets venaient à être officialisés, le lac pourrait figurer sur une autre liste : celle « du patrimoine en danger », rappelant ainsi que tout site insuffisamment protégé perd son statut de patrimoine mondial.