in

La menace d’une « méga-sécheresse » plane sur le sud-ouest américain

Crédits : Pixabay/jack9969

Le sud-ouest des États-Unis connaît déjà un sérieux déficit de précipitations, et cela pourrait bien être le préambule à une menace plus sérieuse, une « méga-sécheresse » d’ici la fin du siècle, et ce à cause du réchauffement climatique comme l’estime une étude américaine.

C’est dans la revue américaine Science Advances que des chercheurs américains ont publié, ce mercredi 5 octobre, une étude inquiétante sur l’avenir du sud-ouest des États-Unis. En effet, c’est une « méga-sécheresse » qui pourrait gagner la région d’ici la fin du XXIe siècle, avec en premier responsable désigné, le réchauffement climatique. Comme le précisent les auteurs, une « méga-sécheresse » est une période sévère d’aridité qui dure plus de trente ans.

Phénomène climatique rare, les méga-sécheresses se sont déjà produites dans le monde, comme au Sahel au cours du dernier millénaire, mais aussi dans ce sud-ouest américain. En effet, des indices montrent que le peuple Anasazi a été forcé d’abandonner ses terres dans le Sud-ouest américain au XIIIe siècle en raison d’une longue sécheresse. L’étude rappelle notamment que ces phénomènes ont été responsables du déclin de plusieurs civilisations.

Le sud-ouest américain connaît déjà un sérieux déficit de précipitations et ses ressources hydriques sont déjà très limitées, comme en Californie par exemple. Mais avec l’accélération du réchauffement climatique, une sécheresse extrême sera encore plus torride et plus brutale pour ces ressources limitées, mettent en garde les chercheurs. Selon une des modélisations qu’ils ont effectuées, si rien n’est fait pour réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère qui atteint des records, le réchauffement dans cette région se poursuivra et avec lui, une aridité croissante.

Cela provoquerait « une pression sans précédent sur les ressources en eau en Californie, dans le Nevada, au Nouveau-Mexique, dans l’Utah et le Colorado » peut-on lire dans l’étude, une zone qui connaît déjà la sécheresse depuis environ 16 ans. La Californie a déjà imposé des limites drastiques en terme de consommation d’eau, l’État entrant dans sa sixième année de sécheresse exceptionnelle.

Pour les chercheurs, s’il est encore possible de retenir cette méga-sécheresse avant la fin du siècle, il sera très compliqué d’y arriver puisque pour cela, il faudrait aller bien plus loin que les objectifs fixés dans les accords de Paris. Mais comme l’a récemment annoncé l’institut océanographique Scripps, « l’atmosphère terrestre a officiellement atteint une concentration de CO2 de 400 parties par million (ppm), et tout nous porte à croire que cette valeur ne diminuera pas, ni avant la fin de l’année, ni… jamais« .

Source