in

Même une faible quantité de caféine peut nuire au foetus pendant la grossesse

Crédits : Bgmfotografia/pixabay

Une méta-analyse, dont les résultats sont publiés dans la revue BMJ Evidence-Based Medicine, révèle qu’il n’y a pas de niveau sûr de consommation de caféine pour les femmes enceintes.

Le NHS britannique, l’American College of Obstetricians and Gynecologists, les Dietary Guidelines for Americans et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) conseillent aux femmes enceintes de ne pas consommer plus de 200 milligrammes de caféine. Cela représente environ deux tasses de café en moyenne. Néanmoins, est-ce réellement sans danger ? Des travaux signés de chercheurs islandais concluent que non. En effet, même de faibles niveaux peuvent nuire au développement du foetus pendant la grossesse.

20 années de données analysées

Pour mener cette étude, Jack James et son équipe ont passé en revue les résultats de 48 études et méta-analyses publiées au cours des deux dernières décennies. Toutes avaient examiné le lien potentiel entre la caféine et les issues négatives de la grossesse. Celles-ci comprenaient les fausses couches, les mortinaissances, l’insuffisance pondérale à la naissance, les naissances prématurées et la leucémie aiguë infantile.

Sur les 48 rapports, 37 études observationnelles ont rapporté 42 résultats. Sur cet échantillon, 32 ont établi que la caféine augmentait considérablement le risque d’issues défavorables de la grossesse (à l’exception de la prématurité). Les dix autres ont souligné des associations inexistantes ou peu concluantes.

Les onze autres études ont rendu compte des résultats de 17 méta-analyses. Sur cet échantillon, 14 ont établi que la consommation de caféine pendant la grossesse était associée à un risque accru de fausse couche, de mortinaissance, de faible poids à la naissance et de leucémie aiguë infantile. Les trois méta-analyses restantes n’ont établi aucune association.

café
Selon une étude, même une faible quantité de caféine peut nuire au foetus pendant la grossesse. Crédits : Alexas_Fotos/pixabay

Revoir les recommandations sanitaires

Ces études s’appuient uniquement sur des observations. Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour appréhender la manière dont la caféine peut véritablement nuire au foetus. Néanmoins, des travaux ont déjà confirmé que ces particules peuvent traverser le placenta. De plus, les foetus et les nouveau-nés manquent généralement d’enzymes nécessaires pour métaboliser la caféine. Ces deux points pourraient expliquer pourquoi ils y sont si sensibles.

Toujours est-il que pour le Professeur James, il existe « des preuves cumulatives substantielles » d’une association entre la consommation de caféine par la mère et diverses issues négatives de la grossesse. En conséquence, les recommandations sanitaires concernant la consommation de caféine pendant la grossesse ont besoin d’une mise à jour urgente. « Les femmes enceintes et celles qui envisageant une grossesse sont invitées à éviter la caféine« , conclut-il.