in

Même adultes, les chimpanzés mâles ont encore besoin de leur mère

Crédits : Joel Bray, Arizona State University

Une étude révèle que les chimpanzés mâles, dont les mères sont encore présentes au début de l’âge adulte, ont de meilleures chances de survie que ceux qui ont perdu leur mère avant la fin de la puberté.

La relation mère-enfant est essentielle pour la survie des nourrissons chez la plupart des mammifères. Chez les espèces avec de longues périodes de développement, les mères peuvent également continuer à influencer les résultats de leur progéniture au-delà de l’indépendance nutritionnelle. C’est le cas chez l’Homme et, comme une récente étude le prouve aujourd’hui, c’est également le cas chez les chimpanzés.

L’influence des mamans chimpanzés

Il y a quelques mois, des chercheurs du Franklin & Marshall College, de l’Université George Washington et de l’Université Duke (États-Unis) se sont rendus en Tanzanie. Dans le parc national de Gombe, à l’ouest du pays, plus précisément. Dans ces forêts résident plusieurs populations de chimpanzés étudiées de près depuis une cinquantaine d’années. Des études insufflées par la célèbre primatologue Jane Goodall, notamment.

Grâce à ces données recueillies auprès de 247 spécimens, les chercheurs ont pu se concentrer sur les effets de la présence – ou de la perte – d’une mère à différentes étapes de la croissance de leurs progénitures.

Les jeunes mâles ont encore besoin de leur mère

Au terme de ces travaux, publiés dans la revue Behavioral Ecology and Sociobiology, les chercheurs ont alors constaté que la présence continue d’une mère après le dixième anniversaire de son enfant impliquait de meilleures chances de survie plus tard dans la vie.

Passé cet âge, et pendant encore cinq ans environ, la présence de la mère permettait également un meilleur taux de survie, mais seulement chez les mâles.

Une fois la puberté annoncée, les femelles ont en effet tendance à quitter leur famille, ce qui peut expliquer ces résultats. Les mâles, eux, ont tendance à rester auprès de leurs proches plus longtemps, ce qui signifie que mères et fils sont plus susceptibles de former des liens à vie.

Chez les jeunes adultes, il n’est d’ailleurs pas rare d’observer un fils venir près de sa mère pour être réconforté. Après un combat perdu, par exemple.

chimpanzés
Crédits : stefaanroelofs/Pixabay

La manière dont la présence maternelle juste après la puberté améliore la survie des progénitures mâles n’est pas encore très claire. Pour les chercheurs, les jeunes adultes pourraient encore profiter de l’expérience et des connaissances de la mère pour éviter les prédateurs, ou pour trouver les bons arbres fruitiers. Mais ce ne sont que des pistes.

« Il y a encore beaucoup de recherches à faire sur ce sujet », souligne Anne Pusey, co-auteure de ces travaux.

Ce qu’il faut néanmoins retenir de cette étude, c’est que chez les chimpanzés comme chez les humains, le rôle d’une mère continue d’influencer de manière positive la vie de sa progéniture au début de l’âge adulte.

Source

Articles liés :

Une IA de reconnaissance faciale parvient à différencier des chimpanzés

Que font des chimpanzés après avoir regardé un film ensemble ?

L’impact humain (négatif) sur le comportement des chimpanzés