in

Que mangeait le Mégalodon ? Tout ce qu’il voulait, y compris d’autres prédateurs

Crédits : Esther van Hulsen

Une étude menée récemment montre que les requins à mégadents, un groupe auquel appartient le célèbre mégalodon, étaient des prédateurs au plus haut niveau jamais mesuré. La chaîne alimentaire était également plus longue à leur époque.

Les requins à mégadents tirent sans surprise leur nom de leurs énormes dents. Ces grands prédateurs seraient apparus après l’extinction des dinosaures avant de s’éteindre il y a environ trois millions d’années. Le groupe comprend le mégalodon (Otodus megalodon), le plus gros requin qui ait jamais existé, ainsi que d’autres espèces apparentées. Dans le cadre d’une étude publiée dans la revue Science Advances, une équipe dirigée par le Dr Emma Kast, de l’université de Princeton, a tenté de déterminer la position trophique de ces animaux à leur époque.

« Le niveau trophique est une caractéristique fondamentale des animaux. Sa détermination pour les espèces éteintes peut nous renseigner sur leur place dans l’écosystème et peut nous aider à comprendre l’évolution et l’extinction d’animaux spécifiques« , explique-t-elle. À plus grande échelle, la détermination du niveau trophique des animaux disparus peut également nous aider à comprendre l’écologie des écosystèmes anciens dans leur ensemble.

Pour ce travail, les chercheurs ont utilisé une nouvelle technique permettant de mesurer les infimes concentrations d’isotopes d’azote conservées dans la couche d’émail des dents de ces prédateurs disparus.

mégalodon
Les mégalodons ne sont connus que par les dents qu’ils ont laissées derrière eux. Ici, une dent de mégalodon (à gauche) est comparée à une dent de grand requin blanc. Crédits : iStock

Tout en haut du tableau

Nous savons en effet que plus un organisme contient d’azote-15, plus son niveau trophique est élevé (position dans la chaîne alimentaire). « Quelques plantes, algues et autres espèces au bas du réseau trophique ont maîtrisé le talent de transformer l’azote de l’air ou de l’eau en azote dans leurs tissus« , détaillent les chercheurs. « Les organismes qui les mangent incorporent ensuite cet azote dans leur propre corps et surtout, ils excrètent préférentiellement (parfois par l’urine) plus d’isotope plus léger de l’azote, N-14, que son cousin plus lourd, N-15« . Autrement dit, le N-15 s’accumule par rapport au N-14 à mesure que vous grimpez dans la chaîne alimentaire.

Habituellement, ces données disparaissent avec les tissus mous comme les muscles et la peau, qui se conservent très mal. Pour compliquer les choses, les requins n’ont pas d’os, leur squelette étant fait de cartilage. Leurs dents fossilisent en revanche très bien, tandis que l’émail est pratiquement insensible à la plupart des bactéries destructrices. Ici, les chercheurs disposaient donc d’une série de dents de requin de différentes périodes. Grâce à elles, ils ont finalement pu retracer leur niveau trophique par rapport à leur taille.

Ces analyses ont révélé des preuves claires que le Mégalodon et certains de ses ancêtres étaient véritablement au plus haut échelon de la chaîne alimentaire préhistorique. Le rapport d’azote était également beaucoup plus élevé que les niveaux enregistrés chez les orques, les grands requins blancs (probablement à l’origine de la disparition des mégalodons d’ailleurs) et les ours polaires, suggérant que les chaînes alimentaires marines du Cénozoïque étaient au moins deux étapes plus longues qu’elles ne le sont aujourd’hui. Pour les chercheurs, il est également très probable que mégalodon se soit nourri d’autres grands prédateurs, dont des mégalodons plus petits.