Ces méduses pourraient être les plus anciennes jamais découvertes

méduses
Un fossile d'un grand et d'un petit spécimen en forme de cloche de méduse Burgessomedusa phasmiformis dont les tentacules sont conservés dans la roche. Crédits : Jean-Bernard Caron/Musée royal de l'Ontario

Les cnidaires sont considérés comme l’un des premiers groupes d’animaux à avoir évolué à partir d’un ancêtre commun pour suivre leur propre voie évolutive. L’une de leurs caractéristiques marquantes se situe sur le plan corporel avec une forme qui est tout de suite reconnaissable. Cependant, l’origine de cette évolution reste mal comprise en raison du manque de données dans les archives fossiles, d’où l’intérêt de cette nouvelle découverte. Une équipe annonce en effet avoir identifié des fossiles de méduses vieux de plus de 500 millions d’années, ce qui les placerait parmi les plus anciens connus de la science.

Une découverte exceptionnelle

Étant des animaux marins à corps mou composé à environ 95 % d’eau, les méduses sont sujettes à une décomposition rapide après leur mort. De ce fait, elles ont peu de chances de se fossiliser et apparaissent donc rarement dans les archives. Le processus de fossilisation nécessite en effet des conditions très spécifiques pour préserver les restes d’organismes vivants dans des sédiments minéralisés au fil du temps.

Cependant, bien que les méduses ne soient pas fréquemment trouvées sous forme de fossiles, il existe des cas où leur préservation a tout de même été possible. Certaines formations géologiques, comme les schistes bitumineux, ont en effet préservé des spécimens exceptionnels, offrant ainsi des aperçus rares de ces animaux marins dans le passé géologique de la Terre.

Dans le cadre d’une étude publiée récemment dans la revue Proceedings of the Royal Society B, le paléontologue Jean-Bernard Caron et son équipe du Musée royal de l’Ontario, à Toronto, ont récemment décrit l’une de ces caches de fossiles de méduses dans les schistes de Burgess, un site riche en fossiles dans les Rocheuses canadiennes. La plupart, en plus de leur cloche, possèdent encore plus de 90 tentacules. Certains conservent également le contenu de leur estomac.

méduses
Une reconstitution de la vie d’un groupe de Burgessomedusa phasmiformis nageant dans la mer Cambrienne. Crédits : Christian McCall

Une lignée très ancienne

Les scientifiques postulent que ces animaux sont vieux de 505 millions d’années, ce qui nous ramène directement à l’époque de l’explosion cambrienne. Pour rappel, cette période majeure de l’histoire de la vie sur Terre est caractérisée par une soudaine diversification et une apparition spectaculaire d’une grande variété d’organismes multicellulaires dans les océans.

Notez qu’au cours de ces vingt dernières années, les paléontologues ont découvert plusieurs fossiles bien conservés ressemblant à des méduses dans l’Utah et en Chine dont l’âge est similaire à celui des schistes de Burgess. Cependant, la véritable nature de ces créatures fait encore l’objet de débats parmi les paléontologues.

D’après les analyses, ces fossiles représentaient également une nouvelle espèce désormais nommée Burgessomedusa phasmiformis. Celle-ci ferait partie d’un groupe diversifié appelé médusozoaires qui serait apparu il y a au moins 600 millions d’années. D’ailleurs, ces organismes sont toujours dans les mêmes mers que nous connaissons aujourd’hui.

Selon David Gold, paléobiologiste à l’Université de Californie à Davis, la forme en forme de cloche de ces organismes rappelle les méduses-boîtes modernes, connues pour être de puissants prédateurs. Cependant, Burgessomedusa pourrait avoir manqué plusieurs structures sensorielles trouvées chez ces méduses. Par ailleurs, ces organismes anciens étaient probablement des prédateurs de premier plan. L’un des spécimens étudiés dans l’article conservait en effet un trilobite logé à l’intérieur de sa cloche.