in

Impuissance : la prise de médicaments augmente le risque de troubles de la vision

Crédits : Meli1670 / Pixabay

Selon une étude canadienne récente, il existe un risque plus important de troubles de la vision chez les personnes prenant des médicaments contre l’impuissance. Cette étude épidémiologique assure notamment que les hommes concernés ont un risque plus élevé de développer une des principales affections oculaires graves.

Une augmentation des risques de 85 %

La dysfonction érectile (ou impuissance) est le nom que l’on donne à l’incapacité récurrente à obtenir et maintenir une érection à l’occasion d’un rapport sexuel. Le principal facteur est l’âge, mais il est aussi possible de citer la consommation de tabac, d’alcool et d’autres produits néfastes pour l’organisme. Le niveau d’excitation sexuelle et la santé hormonale peuvent aussi jouer un rôle. Ainsi, de nombreux hommes ayant des troubles de l’érection font appel à des médicaments tels que le Viagra, le Levitra ou encore le Stendra. Pourtant, une étude menée par l’Université de la Colombie-Britannique (Canada) et publiée dans la revue JAMA Ophthalmology le 7 avril 2020 souligne l’existence de risques pour la vision.

L’étude épidémiologique incluait 213 000 hommes américains qui n’avaient eu aucun problème de vue avant la prise de médicaments contre la dysfonction érectile. Les chercheurs ont tout d’abord évalué d’autres maladies pouvant affecter la vue telles que l’hypertension, le diabète et les maladies coronariennes. Selon eux, les hommes qui prennent ces médicaments ont 85 % de risques en plus de développer une occlusion vasculaire rétinienne (RVO), une neuropathie optique ischémique (ION) ou encore un décollement rétinien grave (SRD). Or, il s’agit des trois principales affections oculaires graves.

viagra alzheimer
Crédits : Pfizer

De nombreux cas potentiels

« Il s’agit de maladies rares et le risque de développer une affection reste très faible » explique Mahyar Etminan, principal auteur de l’étude.

Il précise que le risque en termes absolus n’est pas très important bien que les travaux ont révélé un risque important à grande échelle. Si le ratio est potentiellement de seulement 15 patients sur 10 000, il faut savoir que chaque mois, pas moins de vingt millions d’ordonnances sont délivrées pour des médicaments contre la dysfonction érectile. Ainsi, même un risque réduit peut engendrer un nombre important de cas d’affection oculaire.

Évidemment, il est nécessaire de consulter un ophtalmologiste avant de prendre des médicaments contre l’impuissance. Toutefois, les chercheurs ne conseillent pas forcément l’arrêt de ces mêmes médicaments. Il faut dire que dans de nombreux cas, le facteur de risque quant à leur prise reste en retrait par rapport à la qualité de vie générale des patients.