in ,

« Quels sont les cas les plus surprenants et horribles sur lesquels vous avez travaillé ? » Des légistes répondent

Crédits : StockSnap/Pixabay

Le médecin légiste est saisi par la justice pour évaluer les blessures de victimes d’agression ou autopsier des corps pour découvrir les circonstances de leur mort. Au cours de leur exercice, il peut arriver que ces médecins tombent sur des cas particulièrement surprenants et particulièrement horribles (on vous aura prévenus). Sur Reddit, certains en ont partagé quelques-uns.

Un homme légèrement en surpoids a eu une crise cardiaque et est mort sur son lit à eau“, écrit un redditor. Le lit a éclaté et le Soleil a chauffé l’eau (c’était en Arizona), transformant tout ce beau monde en un “p***** de ragoût“.

J’ai fouillé le charnier d’une famille tuée par les nazis pour avoir aidé la Résistance“, écrit encore un archéologue. “D’une manière ou d’une autre, le nombre de cadavres ne correspondait pas au nombre de membres de la famille condamnés à être exécutés et enterrés là-bas“. Une bioanalyse médico-légale s’en est suivie. “Il s’avère que quelqu’un avait enterré une fille de 13 ans au début des années 1980 à l’intérieur de la fosse commune pour cacher les preuves”, poursuit le chercheur. “Pourquoi ? Qui ? Personne ne le sait. Son crâne est sur l’étagère de mon bureau en ce moment“. Il précise ensuite que ce crâne servira à créer un modèle 3D du visage de la jeune fille afin qu’elle puisse un jour être identifiée.

Meurtre à l’eau de javel

J’ai travaillé sur une affaire impliquant deux jeunes sœurs de treize et six ans, ainsi que leur mère et son petit ami“, peut-on lire ici. “La mère était convaincue que ses filles étaient possédées par des démons, alors elle les a forcées à prendre des bains d’eau de javel. Comme ça n’a pas fonctionné, elle a commencé à leur faire boire de l’eau de Javel. La fille plus âgée en savait assez pour vomir immédiatement l’eau de Javel. Elle a ensuite cherché à traîner sa sœur partout où elle pouvait dans la maison pour la faire vomir. Finalement, la petite fille est décédée“.

D’après ce récit, la mère aurait ensuite découpé le corps de la jeune fille en morceaux devant sa sœur aînée, avant de les congeler puis de s’en débarrasser, d’une manière ou d’une autre. “Nous avons été envoyés pour voir si nous pouvions retrouver le corps. En entrant dans cette maison, l’odeur d’eau de Javel était écrasante et je me souviens encore de toutes les taches d’eau de Javel sur le tapis”, poursuit le médecin. Dans le fil de commentaire, il ajoute que la plus grande soeur a finalement été placée dans une autre famille. Et le corps de la fille cadette n’a jamais été retrouvé.

hôpital légiste cas
Crédits : vitalworks/Pixabay

Je suis tombé un jour sur un homme schizophrène paranoïaque ayant forcé sa mère âgée à manger des pierres […] au point où elle en est morte“, écrit un autre Redditor. “Il a finalement expliqué à la police avoir agi de la sorte pour alourdir sa mère afin que Dieu ne puisse pas encore la prendre“.

À lire aussi : Quelles expériences aimeriez-vous mener si vous n’aviez aucune éthique ? Des scientifiques répondent.

Le plus fou était un type qui a attaché un câble d’acier à un arbre, puis à travers la vitre arrière de sa voiture avant de le passer autour de son cou et de démarrer la voiture“, peut-on lire ici. “J’ai toujours été étonné de voir à quel point c’était propre. Les décapitations sont normalement assez désordonnées, mais la créativité de ce type a conduit à une mort instantanée et mémorable pour ceux qui ont travaillé sur son cas“.

L’affaire la plus troublante sur laquelle j’aie jamais travaillé s’est déroulée il y a cinq ans à Manhattan“, écrit un autre redditor. “Le cadavre d’un sans-abri nous a été amené. Il avait été poignardé 254 fois par des armes de différentes tailles. J’ai trouvé de petites brûlures à divers endroits, ses yeux avaient été arrachés violemment. […] Son pénis avait également été retiré et inséré dans son anus au moyen d’un instrument en bois”.

Pour le médecin, un groupe de personnes complètement tarées aurait choisi quelqu’un dont personne ne se soucierait pour lui faire des choses terribles simplement pour le plaisir. D’après lui, la police serait arrivée à la même conclusion, mais personne à sa connaissance n’aurait été arrêté. “Ce cas-là m’a tenu éveillé pendant quelques semaines”, dit-il. “Le simple fait de savoir qu’il y avait des gens dans ma ville qui pouvaient faire quelque chose comme ça sans raison évidente autre que le divertissement me donne des frissons”.