in

Holoportation spatiale : quand un médecin apparait à bord de l’ISS

Crédits : NASA

Il n’y avait jamais eu de visite à domicile comme celle-ci. Il y a quelques mois, un médecin a en effet été holoporté vers la Station spatiale internationale (ISS). Il est alors apparu et a conversé en temps réel avec l’astronaute français Thomas Pesquet à des centaines de kilomètres au-dessus de la surface de la Terre. À terme, de tels systèmes d’holoportation pourraient s’étendre à bien d’autres missions.

Une équipe médicale holoportée vers l’ISS

On est encore loin de Star Trek, mais ça y ressemble. En octobre dernier, le chirurgien de l’air de la NASA Josef Schmid et son équipe ont été holoportés vers l’ISS dans le but de proposer une téléconsultation médicale pour l’astronaute français Thomas Pesquet. L’agence américaine est récemment revenue sur cet événement dans un post publié le 8 avril dernier.

Contrairement aux projections holographiques traditionnelles, l’holoportation nécessite l’utilisation d’un casque de réalité augmentée, tel que la technologie HoloLens de Microsoft, pour que le porteur puisse percevoir et interagir avec l’individu filmé à distance grâce à une configuration à plusieurs caméras dans leur emplacement réel.

Au cours de cette expérience, Thomas Pesquet était le seul participant à porter un casque de réalité augmentée lui permettant de percevoir les autres participants. Ses interlocuteurs n’en portaient pas eux-mêmes. L’astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) a ainsi pu avoir une conversation avec Schmid et les membres de son équipe médicale. Fernando De La Pena Llaca, le PDG d’AEXA Aerospace, qui a développé le logiciel d’holoportation, était également présent.

Si la technologie d’holoportation de Microsoft existe déjà depuis plusieurs années, elle n’avait jamais été utilisée pour connecter une personne basée sur Terre avec un astronaute en mission dans l’espace. La prochaine étape de l’évolution de la technologie consistera à permettre des interactions d’holoportation entièrement bidirectionnelles.

holoportation
Le chirurgien et d’autres membres de l’équipe pendant la séance d’holoportation. Crédits : ESA/Thomas Pesquet

Une technologie d’avenir

Naturellement, la définition n’était pas excellente et les images corporelles parfois incomplètes, mais la NASA présente cela comme les prémices d’une nouvelle forme de communication spatiale. Son utilisation devrait donc s’étendre lors de futures missions. Le médecin évoque notamment des entretiens médicaux, psychiatriques ou familiaux privés. Ce type de technologie pourrait également permettre à quelques VIP de rendre visite aux astronautes virtuellement.

Ce type de technologies pourrait également s’avérer très utile dans le cadre des futures missions longue durée au cours desquelles les astronautes pourraient être isolés pendant plusieurs mois, comme sur Mars. Les hologrammes pourraient ainsi maintenir un lien social avec la Terre plus profond.

À terme, l’agence entend également associer les images holographiques avec de la réalité augmentée (apparition d’objets pendant les séances) et ajouter un dispositif haptique (permettant de les toucher grâce à des gants spéciaux).