in

Massive Attack s’attaque à l’empreinte carbone de l’industrie musicale

Crédits : Platonova Alina/ Wikipédia

Le groupe Massive Attack va prochainement collaborer avec des chercheurs dans le but de réduire l’empreinte carbone de l’industrie musicale.

Il y a quelques jours, Chris Martin, le leader du groupe Coldplay, annonçait que la tournée de son nouvel album serait repoussée pour des raisons environnementales. Avant de fixer une nouvelle date, le groupe aimerait réfléchir à la manière de faire la tournée la plus neutre possible en matière de carbone. Aujourd’hui, c’est au tour du groupe Massive Attack de témoigner ses préoccupations en matière de climat.

Il n’est cette fois pas question d’annuler une tournée. Robert Del Naja, le chanteur du groupe, estime quant à lui que stopper les concerts n’est peut-être pas la meilleure solution. “Compte tenu de l’atmosphère sociale polarisée qui règne actuellement, les manifestations culturelles édifiantes et fédératrices sont sans doute plus importantes que jamais. Personne ne veut les voir reportées ou annulées”, dit-il.

Le groupe va en revanche prochainement collaborer avec des chercheurs de l’Université de Manchester. Ensemble, ils tenteront d’évaluer l’empreinte carbone de l’industrie musicale à plus grande échelle. Ces travaux étudieront principalement les émissions de CO2 générées par les déplacements du groupe et des spectateurs.

L’idée serait de pouvoir proposer à terme des solutions à tous les groupes concernés dans le but de réduire leur impact sur l’environnement.

massive attack
Robert Del Naja, AKA 3D, le chanteur de Massive Attack. Crédits : Alterna2/Flickr

Réduire et non compenser

Robert Del Naja, AKA 3D, le chanteur de Massive Attack, ne s’est pas réveillé du jour au lendemain avec la conviction de devoir “faire quelque chose” pour le climat. D’après lui, le groupe se déplace en effet en train dès que possible et limite l’utilisation de produits plastique à usage unique. Depuis une vingtaine d’années, il finance également la plantation d’arbres à travers le monde.

Cependant, ce n’est pas assez. Du moins, ce n’est peut-être pas la meilleure manière de mener ce combat. Comme il l’explique, “compenser crée l’illusion que les activités à forte intensité de carbone exercées par les individus les plus riches peuvent se poursuivre, en transférant le fardeau de l’action et des sacrifices à d’autres, généralement ceux des pays les plus pauvres de l’hémisphère sud“.

Grâce à ces futurs travaux, il sera on l’espère bientôt possible de mettre en place des tournées plus “durables” sans forcément devoir arrêter les spectacles.

On rappelle également que le groupe anglais The 1975 a récemment affiché son respect pour l’activiste suédoise Greta Thunberg. Ils ont également décidé de ne plus produire de marchandising neuf. Les t-shirts de promotion de son quatrième album seront tous des anciens vêtements sur lesquels le logo existant sera floqué.

Articles liés :

La concentration de gaz à effet de serre n’a jamais été aussi forte depuis que l’humain existe

Une prochaine mission pour mesurer l’élévation du niveau de la mer

Est-ce le début de la fin pour le charbon ?