in

Mars : la mission chinoise pourrait être lancée jeudi

Crédits : CNSA

Un nouveau document publié par l’agence spatiale chinoise apporte de nouveaux détails sur la mission Tianwen-1, qui prévoit l’envoi d’un rover sur Mars. Si aucune date officielle n’a encore été communiquée, le lancement pourrait avoir lieu ce jeudi.

Le 19 juillet dernier, une fusée japonaise a lancé Hope, la première mission martienne des Émirats arabes unis (EAU). L’opération s’est parfaitement déroulée. Pour rappel, l’objectif de cette mission sera d’étudier les conditions météorologiques de la planète rouge.

Les EAU viennent donc d’ouvrir le bal, avec l’envoi de la première des trois missions prévues pour être déployées cet été à destination de Mars.

Si nous allons devoir patienter encore quelques jours avant le lancement de la mission américaine, prévu après le 30 juillet, celui de la mission chinoise Tianwen-1 semble de son côté imminent. D’après certains experts, qui se basent sur le déploiement du lanceur Long March 5, il pourrait  d’ailleurs avoir lieu ce jeudi 23 juillet depuis la base de Wenchang, sur l’île de Hainan.

Les principaux objectifs de la mission

En attendant, un nouveau document publié dans la revue Nature Astronomy par l’Agence spatiale nationale chinoise (CNSA) nous en apprend un peu plus sur la mission.

Il est normalement question que le rover fonctionne pendant environ 90 sols martiens (environ 40 minutes de plus qu’un jour terrestre). Son principal objectif sera de sonder la distribution de glace d’eau dans les sous-sols.

L’orbiteur, de son côté, permettra de relayer les informations échangées entre les opérateurs sur Terre et le rover lui-même. Il doit également mener ses propres observations scientifiques en parallèle pendant une année martienne (soit environ 687 jours terrestres). Son principal objectif sera de cartographier la structure géologique de Mars.

Le vaisseau, tout comme la sonde Hope et le rover américain Perseverance, devrait atteindre Mars en février 2021. Cependant, le rover chinois restera attaché à son orbiteur pendant deux à trois mois avant de tenter un atterrissage, précise le document.

mars
Le lanceur chinois Long March-5 déployé sur sa rampe de lancement le 17 juillet 2020. Crédits : CNSA

Le site d’exploration

Au cours de ces derniers mois, deux sites d’atterrissage ont été privilégiés : Chryse Planitia et Utopia Planitia. Ces deux environnements présentent en effet l’avantage de se situer à des altitudes basses, de quoi maximiser les capacités de freinage lors de l’atterrissage. Ils paraissent également très lisses, ce qui peut faciliter l’évolution du rover. Enfin, ces deux sites proposent un taux d’ensoleillement suffisant pour alimenter les différents systèmes photovoltaïques.

Finalement, les responsables de la mission ont jeté leur dévolu sur Utopia Planitia. Cette vaste plaine qui s’étend dans l’hémisphère nord sur environ 3 200 km a déjà été explorée par les États-Unis dans le cadre de la mission Viking 2, en 1976. La zone précise de l’atterrissage, en revanche, n’a pas été communiquée.

Notez que, en cas de succès, ce sera une première pour la Chine. Dès lors, la surface de Mars ne sera donc plus un territoire exclusivement américain.