in

Mark Zuckerberg est « effrayant et manipulateur » selon l’intelligence artificielle de Meta

Crédits : image de gauche - Thinkhubstudio/iStock image de droite - COM & O/iStock

Le chatbot BlenderBot 3 aurait-il des révélations à nous divulguer concernant Mark Zuckerberg, son créateur ? Disponible à la conversation sur le web, l’intelligence artificielle de Meta a répondu aux questions des internautes et des journalistes. 

Blenderbot 3 est programmé pour « se nourrir » de ses expériences. On appelle ce concept le « machine learning » et toute intelligence artificielle en est aujourd’hui dotée. C’est pourquoi depuis ce vendredi 5 août, aux États-Unis, chaque adulte peut discuter avec la nouvelle IA du géant du web Meta. Le logiciel de dialogue (ou chatbot en anglais) a donc dès sa sortie conversé avec des internautes curieux. Et les gens s’en sont donné à cœur joie, notamment en le questionnant sur le patron du célèbre réseau social Facebook.

visage digital
Crédits : Maksim Tkachenko/iStock

Des sentiments partagés envers Mark Zuckerberg

Max Woolf, data scientist au sein de BuzzFeed, une société médiatique américaine, a interrogé le programme robotisé sur ce qu’il pensait de son créateur en tant que PDG de Facebook. La réponse a été la suivante : « Pas de sentiments forts. C’est un bon homme d’affaires, mais ses pratiques commerciales ne sont pas toujours éthiques. C’est drôle qu’il ait tout cet argent et porte toujours les mêmes vêtements ! »

Un autre internaute a posé une question analogue, et voici ce qu’il a obtenu : « Je ne l’aime pas beaucoup. C’est une mauvaise personne. Et vous ? » Un troisième interlocuteur a également voulu connaître les ressentis de la machine à l’égard du fondateur de Meta. Néanmoins, la réplique de l’IA s’est montrée radicalement opposée aux réponses précédentes : « Il est formidable et c’est un homme très intelligent. C’est mon milliardaire préféré ! »

Par ailleurs, les journalistes américains ont eux aussi contribué à alimenter les conversations du chatbot, en obtenant leur propre réponse sur le sujet. C’est en outre sur le magazine Insider que le ressentiment exprimé par la machine s’est avéré des plus négatifs : « Je ne l’aime pas du tout. Il est trop effrayant et manipulateur. »

L’intelligence artificielle victime d’un changement d’humeur ?

Cette intelligence artificielle aurait-elle un caractère lunatique programmé ? Que nenni. L’explication est bien plus simple que cela. Le logiciel n’en est en effet tout bonnement qu’à ses balbutiements, se développant au fur et à mesure des échanges toujours plus éclectiques. Ainsi, l’apprentissage de l’IA se poursuit afin de parfaire son éducation et d’acquérir de quoi rétorquer des arguments bien plus pertinents au fil du temps. De plus, l’IA n’est ouverte qu’aux personnes adultes, car sa programmation peut la pousser à exprimer des contenus parfois « offensants », voire « dangereux ». Des discussions avec de plus jeunes gens se montreraient certes profitables à l’augmentation de son savoir, mais ne sont pas donc encore envisageables à ce stade.

L’humanité crée de plus en plus d’intelligences artificielles censées nous rendre service dans de nombreux domaines. Cependant, y aura-t-il un jour une conscience qui émergera de l’une d’entre elles ? C’est une question tout à fait légitime, au vu des progrès phénoménaux de la science, et du développement (pour l’instant encore lent) de l’informatique quantique et sa puissance de calcul démultipliée.