in

Mangez du poisson ! Une étude suggère que les omégas-3 rendent moins agressif

Crédits : iStock

Une récente étude menée par un chercheur français préconise de manger plus de poisson et de noix. Selon l’intéressé, ces aliments riches en oméga-3 permettraient au cerveau de fonctionner de manière plus fluide et de réduire les accès d’agressivité.

Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés se trouvant en grandes quantités dans des poissons gras comme le saumon, mais également dans les graines telles que les noix, le soja ou encore le colza. Le français Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale, a piloté une étude menée par des chercheurs de l’Université de Californie à Davis et de l’Université de l’État de l’Ohio (États-Unis) parue dans la revue Psychiatry Research le 15 décembre 2017. Le spécialiste indique que ces oméga-3 ont un rôle certain dans la jonction entre les cellules nerveuses du cerveau.

L’étude a porté sur 194 individus masculins et féminins âgés entre 18 et 45 ans. Séparés en deux groupes, les volontaires ont ingurgité durant six semaines soit des capsules d’oméga-3, soit de simples placebos. Afin de ne pas fausser les résultats, les chercheurs ont intégré la quantité d’aliments riches en oméga-3 habituellement consommée par les participants. À la fin de la cure, les personnes testées ont été soumises à un questionnaire.

Le saumon, un poisson gras riche en oméga-3
Crédits : PxHere

« Les résultats ont confirmé une diminution de l’agressivité des personnes ayant bénéficié des oméga-3. De nombreux diététiciens et médecins considèrent que la population est généralement en carence d’oméga 3, et consomme trop d’oméga 6, présents dans les produits gras transformés », explique Laurent Bègue.

À l’inverse des oméga-3, les oméga-6 ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme, et les excès sont donc généralement à éviter. Néanmoins, Laurent Bègue se défend de conseiller aux consommateurs d’avoir recours à des compléments alimentaires mais préconise de simplement de diriger vers des aliments plus riches en oméga-3.

Sources : La DépêcheLe Télégramme