in

Manger trop de piment augmenterait le risque de démence !

Crédits : Pexels

Selon une récente étude, une alimentation trop pimentée pourrait augmenter jusqu’à 50 % les risques liés à la démence ! Bien que ce type d’alimentation peut avoir des effets positifs sur le poids ou encore la pression sanguine, il s’agit d’une nouvelle assez peu rassurante pour les grands amateurs de piment.

Le piment, à consommer avec modération ?

Des chercheurs de l’Université du Qatar et du CSIRO (Australie) ont mené une étude portant sur l’alimentation épicée et les risques de déclin cognitif. Assistés par le China Health and Nutrition Survey, les chercheurs ont suivi entre 1991 et 2006 pas moins de 4 582 adultes chinois âgés de plus de 55 ans. Les volontaires ont été évalués six fois au cours de l’étude par le biais d’un suivi alimentaire sur trois jours consécutifs. Par ailleurs, les fonctions cognitives de ces personnes ont étés évaluées quatre fois durant les 15 années de cette même étude.

Selon les résultats parus dans la revue Nutrients le 27 mai 2019, certains volontaires pouvaient voir leur risque de démence doubler ! Ceci a été possible dans le cas d’une consommation d’environ 50 grammes de piment par jour (frais ou séché) ce qui peut être effectivement considéré comme une forte consommation. Par ailleurs, cette augmentation du risque de déclin cognitif était davantage présente chez les consommateurs ayant un indice de masse corporelle (IMC) plus bas. Autrement dit, les personnes en surpoids pourraient être moins sensibles à ces risques liés à la consommation de piment, bien que le niveau d’éducation entre également en compte selon les chercheurs.

Poulet frit aux piments secs et poivre du Sichuan (Chine)
Crédits : Alpha / Flickr

Les mécanismes à l’œuvre encore méconnus

Cette première étude traitant des effets du piment sur le fonctionnement cognitif pourrait intéresser certaines populations chez qui le piment est très consommé. Par exemple, l’Asie est un continent où le piment est très présent par rapport à l’Occident. Dans certaines régions de Chine telles que le Sichuan ou encore le Hunan, près d’un adulte sur trois s’alimente de cette façon tous les jours.

En revanche, les chercheurs ont estimé ne pas encore tout savoir sur le lien entre l’alimentation pimentée et le déclin des fonctions cognitives. Par le passé, le composant actif du piment – à savoir la capsaïcine a déjà été associé à des bienfaits concernant le métabolisme et autres troubles vasculaires. Cependant, les mécanismes à l’œuvre au niveau des risques de démence devront faire l’objet de plus amples recherches.
Articles liés :

Ce mammifère est le seul connu à être “immunisé” contre le piment !

Des sachets de sauce piquante sauvent la vie de cet Américain enseveli sous la neige !

Boire du thé vert permettrait de lutter contre le déclin cognitif