in

Il y a 5000 ans, le Yukon abritait encore des mammouths laineux

Crédits: Beth/Zaiken/Centre for Palaeogenetics

Selon une étude, les mammouths laineux pourraient avoir persisté dans ce qui est maintenant le Yukon, au Canada, jusqu’à il y a environ 5 000 ans, soit 5 000 ans de plus que ce que les chercheurs estimaient auparavant. Ces résultats s’appuient sur de l’ADN isolé dans des flacons de pergélisol stockés depuis plusieurs années.

Toutes les populations de mammouths laineux (Mammuthus primigenius) ne se sont pas éteintes en même temps. Nous savons que leur tout dernier bastion se trouvait sur l’île Wrangel, au nord de la Russie, où ils se sont éteints il y a environ 4 000 ans. Quelques populations ont également continué à prospérer sur l’île Saint-Paul, au large de l’Alaska, jusqu’à il y a environ 5 700 ans. Toutefois, jusqu’à présent, nous pensions que la plupart de ces géants avaient disparu il y a environ 10 000 ans, aussi bien en Eurasie qu’en Amérique du Nord. Une nouvelle étude remet en cause cette croyance.

Analyses ADN

Dans le cadre de récents travaux, Tyler Murchie et son équipe du Département d’anthropologie de l’Université McMaster en Ontario (Canada) ont analysé des échantillons de sol prélevés dans le pergélisol du centre du Yukon. Ces échantillons de sol couvraient une période allant de 30 000 ans à 5 000 ans.

À l’intérieur de ces échantillons, les chercheurs ont isolé plusieurs fragments d’ADN contenus dans des cellules autrefois excrétés par des mammouths. Tous les animaux, plantes et autres champignons laissent en effet des « plumes » microscopiques tout au long de leur vie. La plupart du temps, ces détritus génétiques sont rapidement consommés par des microbes, mais certains fragments peuvent se lier à un petit morceau de sédiment minéral et être préservés.

C’est exactement ce qui s’est produit ici. Et, en l’occurrence, il s’agissait d’ADN de mammouth laineux. Ces fragments étaient minuscules (pas plus de cinquante lettres ou paires de bases), mais les chercheurs ont tout de même pu isoler environ deux millions de ces fragments par échantillon. Tous étaient stockés et oubliés dans un congélateur de laboratoire depuis une dizaine d’années.

mammouths laineux
Vue d’artiste d’un mammouth laineux mâle adulte dans un col de montagne en Alaska arctique, il y a 17 100 ans. Crédits :James Havens/The Havens Studio

Des mammouths encore présents il y a 5000 ans

D’après les analyses de ces échantillons, les mammouths auraient ainsi persisté dans cet environnement arctique beaucoup plus longtemps qu’on ne le pensait auparavant. Leur population aurait effectivement fortement chuté il y a entre 14 000 et 11 000, au cours d’une période marquée par de profonds changements climatiques en évolution rapide. En revanche, certaines populations ont visiblement persisté jusqu’à 5 000 ans environ, coexistant avec les humains.

L’étude ne s’attarde en revanche pas sur les raisons de cette extinction. Depuis plusieurs années, de nombreux travaux incriminent tour à tour le changement climatique et la pression humaine, quand d’autres pointent un mélange des deux.