in

RIP, le magnétoscope tire enfin sa révérence !

Crédits : geralt / Pixabay

Depuis les années 2000 et l’avènement du DVD, les ventes de magnétoscope (et de VHS) se sont effondrées. La dernière société qui les fabriquait encore, le groupe japonais Funai Electric, vient d’annoncer l’arrêt total de la production.

Le magnétoscope a été popularisé auprès du grand public dès les années 1970 et 1980, avec les deux marques pionnières Sony et Phillips. En déclin depuis les années 2000 avec l’apparition des formats DVD, mais également le Blueray, le format Video Home System (VHS) est tombé aux oubliettes, tout comme son lecteur, le magnétoscope. La démocratisation d’Internet durant la dernière décennie a fini d’entériner ce type de support.

Jusqu’à cet été, le groupe nippon Funai Electric fabriquait encore des magnétoscopes, pour 750.000 unités vendues en 2015, ce qui prouve qu’il existe encore des puristes encore coincés au 21e siècle. Cependant, ce volume de vente parait dérisoire face aux 15 millions de lecteurs vendus au début des années 2000. L’intégralité des fabricants a donc logiquement abandonné la production de magnétoscopes, dont Sony dés 2002 et Panasonic dix années après, jusqu’au dernier : Funai Electric.

« Nous sommes les seuls à assembler des magnétoscopes après le retrait de Panasonic en 2012 » déclarait un porte-parole de Funai Electric.

La production s’arrêtera donc à la fin du mois de juillet 2016 chez Funai Electric. La plupart des magnétoscopes produits dans l’usine chinoise du groupe étaient vendus aux États-Unis sous la marque Sanyo. Alors que l’information n’a pas encore été confirmée par un quelconque communiqué, Funai Electric a déjà reçu bon nombre d’appels suite à la nouvelle parue dans les médias locaux. En effet, certaines familles se sont inquiétées du fait de ne plus pouvoir visionner d’anciens souvenirs immortalisés sur VHS.

Cette VHS n’avait pas supporté l’apparition du DVD. En effet, les bandes des VHS s’abîment vite et la qualité de la vidéo est largement en dessous des supports numériques comme le DVD. Ce dernier proposait également bon nombre de bonus, making-of, bêtisiers et autres bandes-annonces indisponibles sur VHS.

Sources : Les ÉchosLe Point